Silvio Proto défend la décision de l’arbitre d’avoir interrompu le match

BRUXELLES Une fois de plus, Silvio Proto a sauvé les trois points pour Anderlecht. Mais sa sortie devant Cédric D’Ulivo n’a pas été appréciée par tout le monde.

Glen De Boeck estime que vous êtes sorti comme un sauvage.

“Que voulait-il ? Que je sorte à moitié pour que son équipe puisse marquer ? Je devais me lancer pour éviter que je me retrouve en un-contre-un face à ce joueur de Beveren.”

L’arbitre aurait-il dû siffler une faute contre D’Ulivo?

“Il m’a touché, donc oui. Si moi je l’avais touché, il aurait sifflé un penalty. Mais je ne lui en veux pas. Il a pris la bonne décision en arrêtant le match. J’étais touché, donc il fallait siffler.”

Comment va votre main ?

“J’ai eu une luxation du petit doigt. Heureusement, le docteur Vollon l’a remis à sa place, comme quand on a l’épaule déboîtée. Grâce à lui, j’ai pu continuer. Demain, je vais passer une échographie. J’espère que je n’ai rien de grave.”

Vous étiez fâché sur l’arbitre après le 1-0.

“Oui, parce que Sonck m’a retenu le bras au moment où je voulais relancer Deschacht. C’était difficile à voir pour l’arbitre. Mais ce n’est pas grave. C’est ce but qui nous a réveillés.”

Ce sont trois points en or.

“Absolument. On fait la bonne opération du week-end, puisque Zulte-Waregem et Lokeren ont laissé des points. De plus, le Standard a même perdu.”

Mais le niveau de jeu n’était pas extraordinaire.

“En effet. On n’atteint plus le niveau qu’on avait avant la trêve.”

Comment expliquer cela?

“(Il réfléchit longtemps) Peut-être par l’absence de Luckie. J’ai toujours dit que Biglia est le joueur le plus important d’Anderlecht. Par contre, je suis content que Kanu soit l’homme du match, avec son assist et son but. Cela peut le réconcilier avec le public.”

Mais il pourrait quitter Anderlecht.

“Non, non, il va rester. Le mercato est fermé.”

Mais pas en Russie, Silvio.

“Moi, je dis qu’il va rester. On a besoin de tout le monde.”



© La Dernière Heure 2013