Silvio Proto, le meilleur Anderlechtois de la saison dernière, a déjà hâte d’en découdre

ANDERLECHT Le numéro un, c’est lui. Même si Davy Schollen a fait quelques piges intéressantes depuis le début de la campagne d’avant-saison, il ne fait aucun doute que Silvio Proto sera titulaire entre les perches anderlechtoises cette saison.

Après une fracture du pied encourue lors du match décisif de playoffs à Genk, le Hennuyer est bien revenu dans le parcours.

Avec calme, lucidité et appétit, il évoque la préparation perturbée du Sporting et les ambitions pour la saison à venir.

Silvio, en tant qu’ancien dans le groupe, comment sentez-vous l’ambiance en ce début de préparation ?

“Elle est vraiment bonne. En fait, même quand ça allait moins bien la saison dernière, elle n’a jamais été mauvaise. Nous sommes toujours restés soudés et c’est le mérite du staff.”

Avez-vous vraiment digéré la déception de la fin de saison dernière ?

“Personnellement, j’ai vécu ça de plus loin car j’étais blessé au pied. Cela m’a permis d’oublier plus facilement.”

Vous avez le sentiment de devoir vous racheter ?

“C’est sûr. Nous sommes tous revanchards. Nous avons aussi bien conscience que c’est une saison particulière et capitale, puisque le champion rejoindra directement la phase de poules de C1.”

Avec l’arrivée d’Odoi, la blessure de Deschacht et le retour tardif de Mazuch, vous risquez d’avoir une défense complètement inédite devant vous. Cela change quelque chose ?

“Dans le passé, ma défense a très souvent été modifiée. Je m’y suis habitué, sans me poser de question. J’espère que nous aurons moins de problèmes sur le flanc gauche, où nous avons souffert pendant de longs mois à cause de la blessure de Deschacht. Maintenant, nous allons profiter des matches amicaux pour mettre la nouvelle défense en place. Les duels contre le PSG et Benfica seront des tests très intéressants.”

La préparation est perturbée par de nombreuses blessures. Est-ce inquiétant ?

“Non. On a un gros noyau, la concurrence est plus forte. Et puis je préfère avoir des blessés maintenant que durant les playoffs. Il suffit de faire des playoffs parfaits pour être champion. Même si on ne peut évidemment pas se permettre d’en prendre cinq lors de l’ouverture du championnat…”

Vous avez été le meilleur Anderlechtois la saison dernière, mais votre nom n’apparaît jamais dans les rumeurs de transferts. Songeriez-vous à partir en cas d’offre ?

“Pour l’instant, le marché est très calme. Peu de clubs bougent. Je ne pose pas donc pas la question. J’aurai bien le temps d’y réfléchir si on frappe à ma porte au mois d’août. D’ici là, je n’ai qu’une chose en tête : travailler dur à mon retour en forme afin d’être prêt pour la fin du mois.”



© La Dernière Heure 2011