Anderlecht – Z.Waregem: 2-1. Le champagne que dégusteront ce soir les Anderlechtois aura bon goût

De Sutter: “Pourquoi faire le fou?”

Polak: “J’ai vécu un vrai calvaire”

Revivez le multilive


ANDERLECHT Alors que la mini-trêve de 15 jours a débuté hier à 22 h 20, ils trônent fièrement en tête de classe. Ils pourront sereinement préparer le Clasico du 17 janvier à Sclessin. On dit bien un Clasico car de sommet , il ne sera guère question; l’écart entre les rivaux historiques est de 17 unités. Et ce, grâce à l’efficacité retrouvée dans le chef de Tom De Sutter.

Pas de surprise dans la composition de départ choisie par Ariël Jacobs puisque De Sutter, très bien monté au jeu à Gentbrugge trois jours plus tôt et qui semble avoir retrouvé le chemin du but, suppléait le malchanceux Biglia.

Était-ce la proximité du réveillon qui les déconcentra ? En tout cas, pendant une demi-heure, les Mauves enfilèrent comme un collier de perles les mauvaises passes et les choix erronés. Si Boussoufa tenta de secouer le cocotier, les deux premiers essais dignes de ce nom partirent des pieds flandriens (notamment une frappe appuyée d’Ernemann qui passa de peu au-dessus). On venait de passer le cap de la demi-heure lorsque Lukaku, dos au goal, se retourna avant d’ouvrir pour De Sutter. Le tir puissant de l’ancien buteur du Cercle fouetta les filets malgré l’intervention désespérée de Bossut.

Le plus dur semblait fait. D’autant que juste avant le repos, Van Damme adressa une passe dans la verticalité pour Boussoufa dont le centre précis fut conclu comme à la parade par un De Sutter décidément insatiable en cette fin d’année. Les leaders se montrèrent toujours aussi efficaces à défaut d’être brillants lors de chaque sortie.

Forts de cette avance de deux buts et sans doute les pensées déjà en vacances, les Anderlechtois firent preuve d’un manque de concentration coupable dès la reprise. L’ensemble du bloc défensif s’arrêta en pensant au hors-jeu sur une passe en profondeur de Roelandts. Franck Berrier ne se posa pas de question et trompa Silvio Proto en croisant son envoi (2-1).

Si la volonté de revenir habitait les visiteurs, ce furent les Bruxellois qui passèrent près du but du K.-O. via De Sutter, Boussoufa et Frutos (dont une fois sur la transversale).





© La Dernière Heure 2009