Ce n’est pas une victoire pour Anderlecht mais c’est une bonne nouvelle quand même, vu la situation économique actuelle du club. Le litige qui oppose l’agent Christophe Henrotay et le RSCA dans le cadre des transferts de Youri Tielemans et de Leander Dendoncker a été mis au frigo par un jugement de la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport (CBAS) il y a quelques jours. Cela signifie que les 7 millions en jeu ne seront pas à verser directement avant plusieurs mois, voire plusieurs années, si le Sporting venait à perdre l’affaire.

Le jugement de la CBAS n’est pas une surprise puisqu’il avait déjà été rendu dans une affaire similaire, qui oppose un autre agent, Didier Frenay, au club d’Ostende. Sur base du principe que le civil est tenu en état par le pénal, la Cour a décidé que ce litige au civil devait attendre le verdict des affaires au pénal qui concernent directement Henrotay dans le Footgate. Ce qui devrait prendre encore du temps puisque l’instruction est toujours en cours.

À Anderlecht, on a accueilli le jugement avec le sourire. Devoir payer 7 millions à un agent serait vraiment mal tombé dans un club qui essaie de sortir la tête de l’eau financièrement et où l’équilibre est encore fragile. D’autant plus que le mercato bat son plein et que le Sporting doit encore se renforcer.

Du côté d’Henrotay, qui vit libre à Monaco et qui peut poursuivre ses activités d’agent en attendant du neuf dans l’enquête du Footgate, on ne prend pas la décision de la CBAS comme une défaite pour autant. Il estime que la transaction de 7 millions, négociée avec Marc Coucke puis signée, entre autres, avec l’ancien dirigeant Jo Van Biesbroeck, lui est toujours due. La somme avait été calculée avec l’actuel propriétaire du RSCA pour réunir tous les dossiers qui le liait à l’agent. Des dossiers du temps de l’ancienne direction du club mais qui étaient revenu dans la figure des nouveaux boss rapidement après leur arrivée. Une fois le verdict tombé au pénal, le litige de 7 millions repassera devant la CBAS.