Johan Desmadryl, l’ancien psychologue d’Anderlecht, explique pourquoi John Troost peut être important pour Anderlecht. Et pour van den Brom...


ANDERLECHT Ce n’est pas la première fois qu’Anderlecht travaille avec un coach mental. Franky Vercauteren avait déjà convaincu ses patrons de travailler avec le psychologue Johan Desmadryl, entre 2005 et 2007. Ensuite, Desmadryl a été engagé par le Cercle Bruges sous Glen De Boeck.

Johan Desmadryl estime que c’est une bonne chose qu’Anderlecht ait fait confiance à un coach mental. “Mais en fait, cela aurait été mieux que cet expert travaille à Anderlecht depuis le début de la saison.”

Voici, selon Desmadryl, ce qu’il peut apporter :

Van den Brom ? “Il doit être… coaché. Son comportement doit être positif. Il doit montrer à ses joueurs qu’il a confiance en lui et en son équipe. Les trucs ? Sourire, se promener avec les épaules droites, parler avec intonation. Et pendant le match, c’est bien de rester debout devant son banc pendant un certain temps, au lieu de se lever toutes les minutes. Dury, par exemple, fait cela très bien. Ce qu’il doit également éviter de faire, c’est répéter : On doit être champions. Au lieu de cela, il doit accentuer la qualité de ses joueurs et la confiance qu’il a en eux.”

Les joueurs ? “Ils doivent pouvoir gérer l’énorme pression et reçoivent des exercices pour avoir des pensées positives. Au lieu d’être crispés, ils doivent se créer une bulle pour retrouver la sérénité.”

Les entraînements ouverts ? “Si c’est une idée du coach mental, c’est bien vu. Quand on s’entraîne toujours à huis clos, on donne l’impression que cela ne va pas bien et qu’on cache des choses.”

Les penalties ? “Moi, je suis convaincu qu’on peut s’entraîner à en botter. Un joueur aime travailler les penalties. Sinon, il se sent tout perdu au point de penalty. En fait, avant un penalty, un joueur doit pouvoir s’imaginer la trajectoire que le ballon va prendre. Comparez-le à un joueur de golf qui fait deux ou trois fois semblant de frapper. En fait, il visualise déjà la trajectoire de sa balle.”

© La Dernière Heure 2013