John van den Brom est prêt pour son premier vrai match avec enjeu

LIMASSOL Anderlecht est prêt pour le premier de ses deux matches de l’année, mais la tension est tangible dans tous les compartiments du club. À sa conférence de presse dans le joli GSP Stadium de Nicosie, même John van den Brom avait l’air un rien crispé. Un exemple : contrairement à son habitude, le Néerlandais n’a pas donné l’équipe avec laquelle il va affronter l’AEL Limassol.

Allez-vous changer des choses ?

“J’ai mon équipe en tête. Je vais peut-être changer ma disposition tactique, mais cela ne signifie pas qu’on va jouer défensivement. Je vais jouer pour gagner et pour marquer un but, mais on ne doit pas tomber dans le piège de l’AEL. Il faudra être patient. Je suis convaincu qu’avec les joueurs offensifs dont on dispose, on va se créer des occasions.”

Peut-on s’attendre à voir Gillet dans l’équipe, malgré les sifflets du public anderlechtois ?

“Je ne suis pas un coach qui sort un joueur après un moins bon match. Je déplore les sifflets de notre public. Les fans et les joueurs sont une unité. Il faut tolérer une prestation insuffisante. Les matches précédents, il avait été utile. En équipe nationale, je le trouvais également raisonnable. Ne dramatisons pas son match.”

Qui va tirer un éventuel penalty ?

“Je répète ce que j’ai dit samedi : je n’indique pas de joueur. Celui qui se sent le plus fort le bottera. Quand on aura converti un penalty, on pourra en rigoler. Mais maintenant, cela me dérange. J’entends que le gardien de l’AEL a arrêté six des sept penalties, la saison passée ?” (petit sourire)

Il paraît que l’AEL joue très défensivement.

“Je ne suis pas d’accord. C’est une bonne équipe, très organisée, mais je ne crois pas qu’elle va camper devant son but. Elle voudra faire la différence à domicile.”

Le président dit qu’une élimination est inadmissible.

“Je ne suis pas d’accord avec lui. Dans le football, on peut perdre en étant beaucoup plus fort. La chance joue un grand rôle. Une balle sur le poteau ou la latte peut faire la différence.”

L’enjeu est de 15 à 17 millions.

“Oui, mais ne mélangez pas le sportif avec le financier. Tout le monde connaît l’enjeu du match, mais si les joueurs songent aux primes, c’est mauvais signe. On doit être meilleur que l’AEL en deux matches. Qualifions-nous pour le prestige, pas pour l’argent.”

© La Dernière Heure 2012