Dégoûté, Anderlecht veut frapper fort: “Avec l’arme des droits télé”


BRUXELLES La délégation d’Anderlecht – Vanden Stock, Collin et Van Holsbeeck – était furieuse à l’issue du vote. Mais elle mâchait ses mots. Surtout concernant le Standard, qui avait voté avec les petits. “Pas de commentaire”, réagit à chaud Van Holsbeeck. “On ne peut que constater qu’il y a une certaine stratégie qui se cache derrière le comportement du Standard. Bientôt, on verra laquelle. Le vote du Standard ne m’a pas surpris.”

Serait-ce un ancien compte que le Standard veut régler avec Anderlecht? HVH : “Pas de commentaire.”

Et les petits ? En pleine réunion, Michel Louwagie a menacé de jouer pendant deux saisons sans revenus de droits télé. “Ainsi, six petits vont mourir”, fulminait-il.

“On verra, mais ce n’est pas exclu, indique Van Holsbeeck. Les droits télé sont notre seule arme, mais je peux vous garantir qu’on va s’en servir.”

Van Holsbeeck dévoilait que les petits avaient essayé de trouver un compromis… financier. “Ils acceptaient un championnat à 16, à condition qu’on donne 500.000€ à chaque petit club. Cela signifie que nous devons récupérer cette somme via les droits télé. Nous sommes formels : on voulait garder la formule des 16 clubs avec des play-offs pour six clubs. Le play-off 1 a rapporté entre 1,1 et 2,2 millions par club.”

La conclusion de Van Holsbeeck : “Le football est le perdant. Cela fait déjà dix ans que les études démontrent qu’il faut moins de clubs en D1. Pour nous, 14 clubs aurait été l’idéal, mais on avait fait un geste en acceptant une solution à 16 clubs. Il était hors de question de jouer à 18 clubs. Il est clair que les petits ont peur d’une chose : la descente en D2... ”


© La Dernière Heure 2010