La scène en a surpris plus d’un à Lille : Kompany en bord de terrain, criant des consignes, et Vercauteren, assis les yeux rivés sur le terrain.

La Commission des licences a fait une sortie, avertissant le joueur/manager qu’il n’était pas entraîneur mais bien joueur.

« Cette situation me dérange », dit Vercauteren. « Quel en est le but de notre travail ? Qu’Anderlecht et le football belge aillent mieux. Faut-il dire à Kompany de se taire ? Je trouve cela bizarre. Les lois sont là et nous les suivons. Mais je ne vois pas où est le problème de voir un membre du club prendre ses responsabilités. Je laissais parfois des assistants en faire de même par le passé. Et ils n'avaient pas toujours le diplôme. Peu importe qui est le long de la touche, tant que le football belge en sort gagnant. »

En interne, ils ne sont pas revenu sur cette situation que les Bruxellois considèrent comme risible. « Pourquoi perdre du temps avec ça », sourit Vercauteren.

Certains supporters ont, eux, pris l’attitude du coach comme un message négatif. « Il n’en a plus rien à faire », ont dit certains.

Vercauteren répond : « Cela me fait fait rire. Ceux qui me connaissent savent que je ne donne pas de consigne en match amical. J’observe. Les joueurs doivent apprendre à trouver les solutions eux-mêmes et grâce aux entraînements donnés a priori. Je ne suis pas devant la PlayStation où je peux guider le moindre geste des joueurs. Ils doivent parvenir à trouver des pistes pour arriver à leurs fins. Ceux qui disent que je me désintéresse du club se trompe. Je ne suis pas dans la lune durant un match. J’analyse et je corrige ce qui a été mal fait. »

Il confirme tout de même qu’il reprendra les commandes dimanche à Malines. « En match officiel, la situation est différente, il faut parfois trouver les solutions depuis le banc.»