Victor Bernardez ne se met pas la pression, même s'il n'a que deux mois pour convaincre

LA MANGA Victor Bernardez essaie, petit à petit, de faire son trou à Anderlecht. Et ce n'est pas facile pour un joueur qui a découvert un autre monde...

"Ma vie a complètement changé en très peu de temps", confie le solide Hondurien d'une voix rocailleuse. "Je dois m'adapter à une nouvelle culture et à une nouvelle façon de travailler. Ici, les entraînements sont plus courts, mais beaucoup plus intenses qu'au Honduras. Une autre différence majeure, ce sont les exigences de l'entraîneur. Dans mon pays, on ne me demandait pas de tant bouger, je restais confiné à un rôle en marquage."

Pour assimiler au plus vite le système, le grand défenseur a voulu mettre tous les atouts de son côté. "J'étais déjà venu voir Anderlecht - Genk en décembre pour avoir une idée de la tactique de l'équipe. De jour en jour, je trouve mes marques et je comprends mieux ce qu'on me demande, malgré la langue." Car Bernardez ne parle que l'espagnol... "Heureusement, les Argentins sont là pour m'aider, tout particulièrement Lucas Biglia."

Comme les autres Sud-Américains, Muma doit aussi s'adapter à un nouveau climat... "Je ne suis pas habitué à avoir si froid. Mais ça ne va certainement pas m'empêcher d'atteindre mes objectifs."

Le Hondurien est déterminé : il a deux mois pour convaincre, puisque l'option sur sa tête doit être levée d'ici le mois de mars. "Je ne ressens aucune pression. Je fais de mon mieux et j'ai confiance en mes moyens."

À défaut d'être impérial lors de son premier match amical, perdu 4-0 contre Carthagène, Bernardez a démontré qu'il était fort dans les duels et a étonnamment essayé de diriger la défense. "C'est dans ma nature : je suis un vrai leader. J'ai toujours joué ce rôle dans mes équipes précédentes et je veux le faire ici."

Les observateurs ont comparé le style de Bernardez à celui d'Onyewu. "Je connais ce joueur : je l'ai affronté avec le Honduras. Je peux vous assurer que nous n'avons pas le même style. Je ne suis pas Onyewu. Vous pourrez bientôt le constater par vous-mêmes !"

Les atouts majeurs de Bernardez sont, selon lui, sa frappe de balle et sa présence au marquage. Il devra le montrer dès ce soir face au PSV.



© La Dernière Heure 2009