"Je suis à Anderlecht depuis mes six ans", dit Vincent Kompany à son point de presse. "Jamais, je n’ai joué pour un point. On va donc au Standard pour gagner. J’ai vu une semaine d’entraînement exceptionnelle, mais je sais que cela ne compte pas. Au match aller, Anderlecht et le Standard étaient perdants après le 0-0. J’espère une chose : que mes joueurs montreront de l’audace."

Kompany a longuement parlé de sa position et des critiques à son égard. "Honnêtement, je ne m’occupe pas une seule seconde de ma position. Ce qui m’intéresse, est d’aider mes joueurs à retrouver leur meilleure forme. J’avoue que nos deux derniers matchs étaient mauvais, mais pas nos 15 derniers."

Les observateurs sont d’accord de dire que Kompany aurait déjà été viré s’il ne s’appelait pas Kompany. Vincent, avec un sourire : "C’est la perception qui existe. Depuis que je suis jeune – et surtout où j’ai grandi – je n’ai jamais reçu de privilèges. Si la perception existe que je suis privilégié à Anderlecht, je ne vais pas m’en excuser. Si ce n’était pas Anderlecht, je ne me serais pas lancé dans ce projet. Je l’ai fait par amour du club. Mais je savais qu’il faudrait se battre, et qu’il ne fallait pas s’attendre à la gloire à court terme. Mais qu’une chose sois claire : je ne me sens pas intouchable. Et je ne me sens pas meilleur qu’un autre."

Kompany prétend ne pas avoir été touché par les critiques. "J’ai appris que c’est de l’énergie perdue. Je garde mon énergie pour le prochain match."

Qui va remporter Standard - Anderlecht selon vous ?

Votes clôturés

Le Standard 41,0%
Anderlecht 29,8%
Match nul 29,2%

6370 votes