Après une longue discussion en allemand avec son confrère Alexander Blessin, notamment sur la prestation du duo d’avants ostendais, Vincent Kompany a expliqué qu’il était heureux de ses hommes après la remontada. "On aurait pu se dire que ce n’était pas notre jour. Des occasions qui ne rentraient pas, une ligne du hors-jeu où je ne comprends plus rien, une rouge… Mais mes joueurs ont tout donné. Du sang, de la sueur et des larmes pour le club. Au final, un point à Ostende, ce n’est pas mal. C’est un déplacement difficile."

Il s’est ensuite attardé sur les décisions arbitrales. "La rouge de Kouamé, je peux la comprendre. Il lève son pied haut et je me dis directement qu’il sera dehors. On devra faire attention à ça. Par contre, on doit pouvoir investir dans la ligne 3D. La technologie est là, pourquoi ne pas l’utiliser ? Le championnat belge est un produit de qualité avec de bons jeunes mais il faut que les structures soient au niveau."

En parlant de niveau, on a abordé la prestation de Zirkzee, qui a parfois gaspillé mais qui a illuminé le match de sa classe. "C’est un joueur spécial, j’ai vu le même match que vous. Mais si je commence à trop parler de lui, on va directement le mettre dans la catégorie des Onuachu. Il vient d’avoir 20 ans et on le traite comme un de nos jeunes."

Puis Kompany est reparti mais en continuant à discuter avec Blessin dans les couloirs. Les deux hommes s’apprécient visiblement beaucoup.