Après la pause, sur une phase confuse, Frey a touché le ballon du coude dans son rectangle. C’est un fait mais cela devait-il être sifflé ? Beaucoup à Anderlecht pensent que oui, l’arbitre a estimé que non. Certainement dû au fait que Frey a la tête tournée dans le sens opposé au ballon. Il ne peut donc pas savoir que son geste va atteindre le ballon.

Vincent Kompany ne s’est pas étendu sur le sujet. "Je ne vais pas être un coach aigri. Je ne regarde pas autre chose que mon équipe. Ce que j’ai dit à Eupen (NdlR : "les arbitres doivent s’adapter à la vitesse du jeu"), c’était un signal pour qu’on travaille ensemble. Mais ici, je regarde uniquement ce que je peux influencer."

Il n’a pas non plus pu influencer le manque d’efficacité de son équipe. "C’est frustrant car ils ont bien joué et se sont créé des opportunités. Il ne manquait que l’efficacité. On dit toujours que ça s’équilibre mais la balance penche violemment en notre défaveur. Bientôt, ça rentrera. Du genou s’il le faut. Mais je ne m’inquiète pas. Je serais plus stressé si je voyais des défauts techniques mais à l’entraînement, ils balancent tout au fond des filets."

À l’entendre, on pourrait croire qu’Anderlecht a fait un bon match. "Le résultat est frustrant mais les joueurs ont été bons. Ils ont mis de l’intensité, du pressing, de la vitesse. J’ai vu des combinaisons qu’on travaille à l’entraînement, des courses dans le dos de la défense. C’était très bon. Si les buts qu’on mérite étaient rentrés, cela aurait été une autre histoire."