Noël avant l’heure à Anderlecht jeudi : une bonne nouvelle financière puis une qualification en demi-finale au terme d’une démonstration de force. Vincent Kompany avait le sourire. "Je suis le coach mais aussi supporter du RSCA. J’espère que cette nouvelle apportera plus de stabilité au club. Mais ce sera étape par étape."

C’est surtout ce qu’il a vu sur le terrain que Kompany a aimé. Son collègue Karim Belhocine n’avait que des compliments à la bouche. "La différence avec notre match en championnat ici il y a à peine un mois est énorme. Je l’avais vu en vidéo et je l’ai constaté en vrai : Anderlecht est très, très fort et va faire mal à beaucoup d’équipes."

Kouamé pourrait louper jusqu’à 6 matchs

Kompany a insisté sur les quelques moments où ses joueurs ont trop laissé la possession à Courtrai mais il ne pouvait pas cacher sa satisfaction. "Il y a eu douze arrivées cet été et il fallait du temps. Là, on trouve une stabilité et c’est important."

Une stabilité, avec un onze de base bien clair, qui pourrait vaciller avec la présélection du buteur Kouamé à la CAN. "Lui et Joshua (Zirkzee) se trouvent facilement mais je suis heureux pour lui. J’espère qu’il pourra représenter son pays et nos couleurs. Dans le staff, on pense plus largement qu’à onze joueurs et cette approche me donne confiance, même si Christian rate plusieurs rencontres."

La finale de la CAN est programmée le 6 février, Kouamé pourrait donc louper 6 rencontres si la Côte d’Ivoire va au bout (dont la demi-finale aller de la Coupe). Il sera encore là lundi soir au Beerschot puis il rejoindra directement son équipe nationale en stage.