Après avoir affronté l’équipe la plus rusée puis la plus expérimentée, Anderlecht doit faire face à la plus rugueuse de ces playoffs : l’Antwerp. Un nouveau défi pour Vincent Kompany, qui devra trouver une solution.

"Nous n’avons pas autant de joueurs d’expérience que nos concurrents. Nous avons surtout nos jambes et notre énergie pour faire la différence. Nous devons jouer avec d’autres armes que les autres. C’est de cette manière que nous avons obtenu le plus de succès."

Trop gentil face à l’Union, Anderlecht s’est montré plus agressif face à Bruges. "Défensivement, c’est notre match référence cette saison", affirme le coach anderlechtois.

Ses joueurs étaient bien organisés mais ont aussi osé mettre le pied. "Je ne commence jamais un match en donnant comme consigne de commettre des fautes. Mais j’ai demandé de l’agressivité. Saine, mais de l’agressivité quand même. Nous avons connu des problèmes contre les grands cette saison et nous devions nous adapter physiquement pour ces matchs. Répondre collectivement à l’intensité mise par nos adversaires."

Durcir le jeu ne signifie pas pour autant le changer drastiquement. "Je pense avoir transmis l’approche du jeu que j’avais étant joueur car toutes les grandes équipes à un moment doivent mettre le pied. Mais mes joueurs conserveront leur style de jeu : la mobilité, l’énergie, les récupérations hautes, les combinaisons. Je ne pars pas me battre en prenant les armes d’un autre."