Weiler a surtout apprécié "la solidarité" de son équipe.

René Weiler était fier de la prestation de ses joueurs. "On a eu de la chance avec le penalty arrêté par Boeckx", dit le Suisse. "Mais j’ai surtout vu une équipe très solidaire et qui a défendu ensemble. On n’a pas donné beaucoup d’occasions à Courtrai en seconde mi-temps, même à dix contre onze. Je suis très heureux de la façon dont l’équipe se comporte ces dernières semaines."

René Weiler s’est légèrement énervé quand il a reçu une question sur le niveau de jeu. "Je peux prendre l’exemple du match à Charleroi, mais également celui-ci. Courtrai présente une équipe très physique, qui est poussée vers l’avant par son public. Courtrai n’avait pas encore perdu un match à domicile. Si on pense qu’on peut se créer des occasions toutes les cinq minutes, on ne comprend pas le foot. Le foot actuel, c’est beaucoup de travail. Quand je regarde des matches dans d’autres pays, je vous dis : Oubliez de penser qu’on peut toujours montrer du beau jeu."

Comparé au match aller contre Courtrai, seulement sept des dix-huit joueurs inscrits sur la feuille de match étaient les mêmes. "C’est bien la preuve qu’on a dû reconstruire une nouvelle équipe. Je n’utilise pas cela comme une excuse, mais ça prend du temps."