Frédéric Duplus et l’Antwerp jouent très gros face au Lierse.

Leader du classement d’une deuxième tranche qu’il doit absolument remporter s’il veut participer à la finale des playoffs contre Roulers, l’Antwerp accueille le Lierse ce samedi pour un duel qui, géographiquement, est quasiment un derby. Une rencontre qui sent la poudre entre deux des trois derniers candidats à la montée. En cas de succès, les pensionnaires du Bosuil porteraient un coup presque fatal à leurs hôtes, avant de rendre visite à une équipe de Roulers qui fera office d’arbitre, se rendant chez les Lierrois lors de l’ultime journée.

"Cette fin de saison est palpitante et stressante", confirme Frédéric Duplus, le capitaine anversois. "Après le partage concédé à l’Union, où nous avions livré une excellente première période avant de nous désunir, la déception était de mise. Mais depuis, nous avons tourné le bouton et sommes concentrés sur ce match face au Lierse. Une équipe contre laquelle nous n’avons pris qu’un point sur neuf et qui aligne un duo d’attaquants très efficaces constitué de Joachim, qui a été mon coéquipier au White Star, et de De Belder, le meilleur buteur du championnat. Fondamentalement, le nul obtenu face aux Saint-Gillois ne change pas grand-chose. Nous avons toujours la main au classement de la tranche. Nous savons ce qui nous reste à faire et le groupe reste serein. Nous sommes dans notre bulle et tentons au maximum de nous préserver par rapport à la pression. C’est la bonne attitude à avoir."

Histoire d’éviter de revivre la même situation que la saison dernière, où les joueurs du Great Old, tétanisés par la peur d’échouer, avaient laissé filer le titre au profit du White Star, dont le capitaine à l’époque n’était autre que le défenseur français.

"J’ai débarqué tardivement à l’Antwerp, après quatre-cinq matchs. Au début, j’ai évolué arrière droit, mais avec les blessures, les suspensions et les aménagements tactiques de l’entraîneur Wim De Decker, je suis passé au poste d’arrière central qui est d’ailleurs celui que je préfère. Et depuis quelques matchs, j’ai hérité du brassard de capitaine."

Un choix dû à sa position sur le terrain, mais aussi à son tempérament de gagneur et à ses qualités de rassembleur. Une belle reconnaissance pour celui qui est désormais associé dans l’axe défensif à un autre ancien Étoilé, Isaac Koné.

"Nous avons des automatismes, mais au White Star, il jouait plutôt médian défensif. Comme pour le brassard, l’idée de nous associer a été une décision du coach."