Division 1A Zéro point pour les deux clubs, amende et huis clos avec sursis : la décision de la CBAS n’arrange pas les Liégeois, mais bien Charleroi.

La rencontre, disputée le 4 décembre dernier, entre Charleroi et le Standard vient (enfin) de livrer son résultat : aucune des deux équipes n’empochera d’unité suite à cette rencontre. Voici les leçons à tirer des conclusions envoyées par la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport :


1. POURQUOI CETTE DÉCISION ?

La CBAS a décidé de suivre le règlement de la Pro League en ne désignant aucun vainqueur à cette rencontre, même si le Standard menait largement à un peu plus de 30 minutes du terme. L’instance d’arbitrage estime que les supporters des deux camps ont été responsables de cet arrêt prématuré et que les deux équipes doivent donc être punies. Cette décision, largement commentée sur les réseaux sociaux, n’a pas fait l’unanimité dans les deux camps. L’inverse aurait été surprenant…


2. ET LES HUIS CLOS ?

Dans sa décision, la CBAS a décidé d’annuler la sanction de deux matches à huis clos pour le Standard. Malgré tout, le club liégeois et Charleroi restent sous la menace d’un huis clos avec sursis. Celui du club liégeois remonte aux incidents enregistrés… à Charleroi lors de la saison dernière et est valable jusqu’au mois de mars. Dans sa motivation, la CBAS a expliqué avoir annulé les huis clos car le Standard ne pouvait pas être tenu responsable d’incidents qui ne s’étaient pas déroulés dans son stade. Le club liégeois trouve cela bizarre, dans la mesure où le huis clos avec sursis concerne également des incidents en déplacement.


3. QUELLE EST LA SUITE ?

Les conclusions de l’instance d’arbitrage ne se résument pas à quelques lignes. Ce sont plusieurs dizaines de pages qui ont atterri dans la boîte aux lettres du Standard. Le club ne compte pas en rester là et communiquera théoriquement sur les suites du dossier en milieu de semaine. Une assemblée générale se tiendra même dès ce mardi soir avec les supporters pour leur expliquer la position claire du club. Concrètement, plusieurs possibilités s’offrent aux décideurs. Dont ces deux-ci :

Le Standard peut déposer un recours en annulation d’arbitrage pour contrariété à l’ordre public. Derrière ces mots se cache simplement le fait que le club a eu l’obligation de se présenter devant la CBAS sans pouvoir aller librement devant une juridiction civile. Cette procédure est longue (plusieurs mois) et ne serait donc d’aucune utilité pour la saison actuelle.

Le Standard peut également introduire une procédure en référé. L’avantage est que le règlement de la Pro League ne stipule pas clairement qu’une telle procédure peut entraîner une radiation. Une décision pourrait alors être rendue avant le début des playoffs 1 et, qui sait ?, quelque peu bouleverser le classement général.

Si une de ces deux procédures aboutit, l’Union Belge serait dans l’obligation de trouver une solution vu qu’aucun verdict sportif n’a été enregistré au terme de la rencontre.

Sans parler d’éventuels recours que pourraient introduire des formations s’estimant lésées comme Malines, La Gantoise ou Charleroi.

Bref, à ce moment, ce serait vraiment le foutoir…