Division 1A

La chambre d'appel de la Commission des Litiges de l'Union Belge de Football (URBSFA) a infligé mardi une amende de 1.000 euros à l'encontre de l'Antwerp en raison des chants discriminatoires anti-wallons entonnés par ses supporters lors du déplacement des Anversois à Charleroi à l'occasion de la 3e journée de Pro League.

Des doutes subsistaient autour du contenu des chants entendus à la 36e minute de la rencontre opposant les deux équipes. Le 'match delegate' Kris Bellon avait entendu "Les Wallons c'est du caca" et avait demandé à l'arbitre de la rencontre Nathan Verboomen d'interrompre momentanément la partie.

Mais les images proposées par l'avocat du club anversois Thomas Machtelinckx à l'audience contredisaient cette version. Le procureur fédéral Gilles Blondeau a également confirmé qu'on avait crié "Les Wallons ne travaillent pas". Pour celui-ci, le contenu spécifique des chants n'est toutefois pas le centre du débat. Il s'agit surtout de relever le caractère discriminatoire de ces chants dirigés vers un groupe de population.

Pour la chambre d'appel de la Commission des Litiges, "un cliché blessant est entretenu dans ce cas-ci et a de plus une connotation politique." Le jugement précise néanmoins que "les chants n'ont pas duré longtemps, n'avaient rien d'intimidant et qu'aucun autre incident n'avait été enregistré.

Le travail du 'match delegate' Kris Bellon a été également pointé du doigt pour une autre raison. Les injures des supporters de Charleroi à l'encontre de Dieumerci Mbokani ("ta maman est une putain") n'ont pas été relevées, ce que la Commission des Litiges déplore. Cela n'a pas manqué de susciter des doutes de la part de l'Antwerp quant à l'impartialité de Bellon.

Par ailleurs, la Commission des Litiges a également sanctionné l'autre club anversois, le Beerschot. Les 'Ratten' ont écopé d'une amende de 2.500 euros car leurs supporters ont jeté des gobelets de bierre sur le gardien de Virton Anthony Moris lors du match entre les deux équipes.