Le match a été arrêté définitivement par M. Gumienny à la 67e suite à de nombreux incidents provoqués par les supporters des deux camps.

La rencontre entre Charleroi et le Standard comptant pour la 17e journée du championnat de Belgique a été définitivement arrêtée par Serge Gumienny, à la 68e minute, en raison du comportement des supporters de Charleroi et du Standard.

En seconde période, juste après le deuxième but du Standard inscrit par Belfodil (51e), Serge Gumienny avait marqué déjà le coup suite aux jets de pétards et de briquets provenant de la tribune du Standard. Les joueurs étaient restés sur le terrain et le match avait repris quelques minutes après.

La partie avait une première fois été interrompue à la 58e minute après le troisième but du Standard, marqué par Orlando Sa (57e), alors que les supporters du Standard bombardaient à nouveau le gardien de Charleroi, Nicolas Penneteau, de projectiles et de pétards. Les joueurs ont alors été renvoyés aux vestiaires. Aleksandr Jankovic, l'entraîneur du Standard, avait même pris un mégaphone afin de tenter de calmer les supporters liégeois. D'autres joueurs du Standard avaient aussi tenté d'intervenir, sans succès. Cette interruption a duré une dizaine de minutes.

Dix minutes plus tard, c'était au tour des supporters de Charleroi de lancer des projectiles sur le gardien du Standard, Guillaume Hubert. Un gobelet de bière a atterri d'ailleurs sur le portier liégeois et un fumigène a éclaté ensuite près de lui obligeant Serge Gumienny à arrêter, définitivement cette fois, la rencontre, à la 68e.


Quelles sanctions ?

Selon nos informations, ces incidents pourraient valoir très cher aux deux clubs. A commencer par une non-attribution des points aux deux équipes à cause de l'arrêt du match, en vertu du point 1917.3 du règlement. De plus, 25.000€ d'amende sont prévus pour l'équipe auteure de l'arrêt du match. En l'occurrence, ce sera donc 25.000€ pour chaque club...

De plus, sous le coup d'un sursis, le Standard risque à nouveau une sanction de match à huis clos.

Selon l'article 1917.3 du règlement de l'Union belge, "le match est perdu avec des chiffres de forfait par le club qui est à la base des incidents, ou les points ne sont pas attribués si les incidents sont provoqués par aussi bien les supporters de l'équipe visitée que par les supporters de l'équipe visiteuse."

Pour rappel, déjà la saison passée le derby wallon entre Charleroi et le Standard, le 25 octobre, avait été interrompu à deux reprises par l'arbitre Luc Wouters à cause du comportement des supporters liégeois coupables d'avoir lancé des fumigènes en direction du gardien carolo Penneteau. La rencontre avait repris et le Standard s'était imposé 2-3. Le Standard avait alors écopé de deux matches à huis-clos, dont un avec sursis (jusqu'en mars 2017).

Le match à huis-clos a été joué au début de cette saison-ci, contre Saint-Trond et il était clair dans la décision qu'en cas de nouveaux incidents, le Standard sera sous le coup d'un nouveau match à disputer à huis clos.

Notons également que ces deux équipes doivent se présenter le 6 décembre, mardi, devant la Commission des litiges de l'Union belge pour deux autres dossiers. La Commission des litiges doit en effet rendre sa décision concernant Saint-Trond/Charleroi du 29 octobre, durant lequel les supporters carolos avaient allumé des fumigènes en tribune (Charleroi avait déjà affirmé qu'il allait payer l'amende de 25.000 euros pour ce dossier), et Ostende/Standard du lendemain, où Silvio Proto avait été la cible de projectiles devant la tribune occupée par les Rouches.


Charleroi-Standard interrompu : les supporters quittent le stade


Notre direct commenté: