Mario Notaro: "John Collins nous prenait pour des hommes préhistoriques"

À bientôt 72 ans, Mario Notaro raconte l’évolution d’un métier et d’un club qui le passionnent toujours.

Vincent Blouard
La démarche est chaloupée, le sourire chaleureux et l’intonation chantante. En ce mardi matin de mi-mai, à l’heure d’un café serré,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité