Face aux critiques, Edward Still fait le dos rond : "Il faut répondre sur le terrain"

L'entraîneur n'a éludé aucun sujet à la veille du déplacement à Seraing.

Ju.Pa
Face aux critiques, Edward Still fait le dos rond : "Il faut répondre sur le terrain"
©BELGA

Edward, pouvez-vous compter sur l'ensemble de votre effectif pour le déplacement à Seraing ? Bessilé était notamment incertain.

"Non. Knezevic a une gêne au genou. Le match arrive trop tôt pour lui. On espère le récupérer mardi sur le terrain. Pour le remplacer, plusieurs solutions s'offrent à nous. Bager est à 100% et Wasinski a réalisé une bonne semaine à l'entraînement. En tous les cas, tous ceux qui sont dans la sélection sont à 100%."

Comment avez-vous retrouvé mentalement votre groupe après la défaite face à Ostende ?

"C'était important d'appeler au calme. Quand on enchaîne les victoires, le risque est de s'enflammer. Le même sentiment prévaut lors de défaites successives. Il fallait comprendre les raisons de ces deux dernières défaites. On les a identifiées et on a partagé ces éléments avec le groupe en toute transparence."

Vous avez affronté Seraing en préparation et vous aviez perdu. Cela change-t-il quelque chose dans la préparation de la rencontre ?

"Pas vraiment. On a revu le match par acquis de conscience mais les noyaux ont changé. Les joueurs sont différents. On abordait en plus cette rencontre après une charge de travail physique très lourde."

Les Liégeois ont la pression. Est-ce le moment idéal pour les affronter ?

"Vous connaissez ma réponse. Ce sont leurs problèmes. On se focalise sur nous."

Vous ressentez la pression après vos deux défaites consécutives ?

"Bien sûr. Je la ressens mais c'est un privilège sinon, je ne serais pas ici. Je serais inquiet si je ne l'avais pas. Elle est présente pour nous rendre meilleur. Il faut répondre sur le terrain de nos contre-performances. Pas dans la presse ou sur les réseaux sociaux."

Comment avez-vous jugé à froid le duo Badji-Benbouali qui a évolué ensemble dans la dernière demi-heure ?

"Leur premier quart d'heure était super intéressant. Après, on a encaissé au mauvais moment et ils se sont éloignés sur leur terrain. Ils ont perdu leur impact. C'est malheureux que ce deuxième but soit tombé dans un moment où tout le stade sentait après l'égalisation qu'il n'y avait qu'une seule issue possible dans cette rencontre."

Badji n'a toujours pas marqué. Dans quel état d'esprit se trouve-t-il ?

"Là aussi, ça ne serait pas normal s'il ne montrait pas des signes de déception et de frustration. Il veut apporter plus et il mérite tellement que les évènements tournent en sa faveur. Son attitude est bien plus professionnelle que lorsqu'il est arrivé à Charleroi il y a six mois. Tout le vestiaire le soutient et c'est ce qui caractérise ce club."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be