Le mois de vérité s’ouvre avec plusieurs inconnues pour le Sporting. Si le club, touché par le Covid durant la trêve, a réalisé des tests rapides en semaine dans le but "d’être le plus prudent possible dans la gestion de la situation", il ne sera vraiment fixé que ce samedi matin après la réception des résultats des tests PCR exigés par la Pro League.

En attendant, Edward Still a pu compter sur le retour de Stelios Andreou et de son capitaine Marco Ilaimaharitra, touchés par le virus et absents au stage. "Ça leur a permis de souffler. On leur a donné des séances spécifiques pour tester leur état physique. Ils étaient très bien. C’est peut-être même une bonne chose qu’ils aient eu une semaine de repos supplémentaire."

Pour le reste, les efforts déployés tout au long de la semaine en Turquie semblent avoir été bénéfiques. "J’ai retrouvé mon effectif avec une fraîcheur physique et un bon état d’esprit. Le jour de repos accordé a été important pour tous."

L’autre bonne nouvelle, c’est le retour de Knezevic - opéré d’une pubalgie le 21 décembre - et de Van Cleemput - en proie à des soucis à la cheville gauche depuis début novembre. "Ils sont 100 % fit et sélectionnables", a précisé Edward Still. Mais rien ne dit qu’ils seront sélectionnés. Et titulaires.

"L’un des plus durs"

En enchaînant l’Antwerp puis Gand, deux concurrents directs, les Carolos vont vite savoir où ils en sont dans la lutte pour le top 4. "L’Antwerp, c’est l’un des déplacements les plus durs de la saison même s’il n’y aura pas le public. Les Anversois disposent d’une équipe où chaque poste est doublé. C’est rare dans notre championnat", estime Still. "Ce match représente un beau challenge pour mon groupe."

Et le meilleur moyen de voir si les objectifs doivent être revus à la baisse ou non après le départ de Nicholson… et avant l’arrivée probable d’au moins deux renforts.