Charleroi: qui pour reconstruire ?

Charleroi

Manu Salvé

Publié le - Mis à jour le

Charleroi: qui pour reconstruire ?
© Reporters

On reparle de Thans aux côtés d’Abbas Bayat, qui se tait

CHARLEROI Les Zèbres ont, comme prévu, repris le collier hier après deux jours de congé. Peruzovic reste l’entraîneur en titre, mais il s’agissait d’un décrassage placé sous la conduite de Ritchie.

Le club a prévu un programme d’entraînement jusqu’au 15 mai, mais il y aura évidemment du mouvement avant cela. “Il est encore trop tôt pour parler des départs et il est clair qu’il y aura des analyses au cas par cas” , nous a soufflé Pierre-Yves Hendrickx.

Avant toute chose, il faudra sans doute savoir si Peruzovic reste à la tête de l’équipe. Samedi, il n’avait pas fermé la porte et nous avait précisé : “J’étais revenu ici comme conseiller et j’ai été presque obligé de reprendre l’équipe pour les trois derniers matches avec comme bilan une défaite, une victoire et un nul. Il fallait que je découvre les joueurs, leurs qualités, mais il fallait aussi être compétitifs directement. On y était presque... Il m’aura sans doute manqué un peu de temps de travail.”

Il convient aussi de s’atteler plus en profondeur à la structure sportive, orpheline de Mogi et de Mommens. À ce sujet, on reparle de Benoît Thans. Ce n’est pas un secret : Ben , actuellement expert ministériel ayant pour tâche d’œuvrer au redressement du foot wallon (il y a du boulot !), plaît au président carolo ... et inversement ! Sur toutes ces questions comme sur celle du budget, qui est actuellement officiellement de 7,5 millions mais sera sans doute réduit avec de tristes conséquences pour l’une ou l’autre des petites mains tant dévouées (au secrétariat, à la Boutique, parmi le personnel d’entretien, etc.), il serait évidemment intéressant d’avoir l’avis du seul maître à bord...

Ce mardi, Abbas Bayat n’est pas venu à Charleroi. Beaucoup attendaient aussi une conférence de presse car le patron carolo avait dit, dans la foulée du dernier match, qu’il s’exprimerait en ce début de semaine, mais Hendrickx a démenti son imminence : “Pas question de faire dans la précipitation !”

Concernant les relations joueurs/journalistes, le silence imposé aux premiers sauf avis contraire du club ayant encore moins de raisons d’être que précédemment, il pourrait être levé sous peu.

Un mot enfin sur l’école des jeunes : en l’absence de possibilité de dérogation comme autrefois, les Zébrions devraient, selon toute logique, aussi quitter les séries d’élite à la reprise, même si le Sporting n’a pas dit son dernier mot administratif à ce propos...



© La Dernière Heure 2011

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info