Le papa de Sébastien n’a pas du tout apprécié les sous-entendus de corruption émis par le manager gantois.

"J’ai dit au père de Sébastien Delferière que je trouvais la prestation de son fils scandaleuse. D’ailleurs, que faisait-il à la réception d’après-match réservée à un cercle restreint de dirigeants de club ?"

Cette phrase, prononcée par Michel Louwagie dans le Nieuwsblad de ce lundi, a fait l’effet d’une bombe. Sous-entendant clairement des accusations de corruption, le manager de La Gantoise n’a pas mâché ses mots. Contacté par nos soins, David Delferière a accepté de rétorquer.


David Delferière, quelle est votre réaction par rapport à ces accusations ?

"Je trouve la réaction de Michel Louwagie disproportionnée. Il est venu me trouver après la rencontre en m’agressant verbalement et reprochant l’arbitrage de mon fils, sous le coup de la déception et de l’émotion. Mais en quittant Charleroi, il est tout de même venu s’excuser de son comportement. C’est pourquoi je ne comprends pas ses déclarations dans la presse par la suite…"


Que faisiez-vous au Mambourg ?

"J’ai été invité dans un cadre privé, par mon comptable, au milieu du mois de septembre. Dans le courant de la soirée, Monsieur Bayat nous a proposé de prendre part à la petite réception d’après-match, ce que nous avons accepté."


Vous allez souvent voir des matchs arbitrés par votre fils ?

"Non, rarement. D’ailleurs, Sébastien n’était pas censé arbitrer celui-là. Il a été prévenu quelques heures avant la rencontre qu’il devait remplacer Luc Wouters. Et il m’a téléphoné pour me prévenir. Je lui ai dit que j’irais tout de même au match, car j’avais promis cela depuis longtemps. Que certains aient fait un amalgame et pensent qu’il y avait là une combine pour que Sébastien soit désigné est de la folie pure."


Quel est votre avis sur les décisions prises par votre fils ?

"Je pense qu’il n’a peut-être pas pris les bonnes décisions. J’aurais par exemple sifflé penalty sur la main de Baby en fin de match. Quant à la faute de Dessoleil, qui a nécessité l’intervention de l’arbitrage vidéo, je tiens à rappeler que l’arbitre ne dispose pas d’autant de ralentis que le téléspectateur pour la juger. Sébastien a pris sa décision en âme et conscience."


Allez-vous avoir une discussion avec Michel Louwagie prochainement ?

"Je pense que nous pourrons discuter de tout cela à tête reposée après la prochaine victoire de Gand. Sur le coup de l’émotion, j’ai même eu l’impression qu’il voulait remettre en cause la nomination de Monsieur Linard, qui était avec moi, comme président de l’Union belge, alors que Gand l’a votée. C’est excessif. C’est comme si on devait remettre en cause le travail de Michel Louwagie à chaque fois qu’il réalise un mauvais transfert…"