Edward Still a profité de ces quinze jours de coupure après la phase classique pour régénérer ses joueurs dans l’optique de ce sprint final intense et sans doute très disputé qui démarre ce samedi à Malines.

La semaine dernière, il a organisé un paintball en guise de team building. Les joueurs ont également reçu trois jours ‘off’. Certains en ont profité pour se dépayser avant la reprise des entraînements, lundi. Un souper entre joueurs dans un restaurant bruxellois a également permis au groupe de se retrouver dans un contexte différent du quotidien. La solidarité doit être un atout fort dans les moments clés qui se profilent. "C’était un repos important, à la fois au niveau mental et physique, a commenté Still. La semaine a été très bonne et on est dans de bonnes dispositions pour entamer les playoffs." Dans lesquels Charleroi, avec quatre points de moins que La Gantoise mais un de plus que Genk et Malines, compte bien jouer crânement sa chance. "Cela fait plaisir de voir que le travail accompli jusqu’ici a porté ses fruits et nous a permis de nous retrouver là où nous sommes. Mais on veut être encore plus forts, plus convaincants. Avec l’avantage d’avoir pu retrouver de la fraîcheur." Still en est persuadé : bien que Charleroi ait affronté Malines récemment (2-2, le 13 mars), l’approche sera différente, ce samedi. "Il faut presque repartir d’une feuille blanche. On peut se demander si l’adversaire va aligner le même onze, s’il va essayer d’exploiter les mêmes faiblesses… Mais c’est avant tout à nous d’élever notre niveau dans toutes les dimensions, notamment l’impact dans les duels et les courses."

À noter que sur les 1 000 tickets disponibles pour les supporters carolos, plus de 600 ont déjà trouvé preneur.