Alors que Genk espère toujours chiper la première place de ces Europe playoffs à Gand, Malines et Charleroi se battent derrière pour l’honneur. Et une septième (ou huitième) place finale pas si anecdotique pour le coefficient. Le bilan malinois (3 points sur 12) est à peine meilleur que celui des Carolos (1 sur 12) mais le Sporting dépasserait son adversaire du week-end en cas de victoire, ce samedi au Mambourg (20h45). Ce serait une belle façon de dire au revoir au légendaire magasinier "Bello".

Edward Still, comment s’est déroulée la demi-semaine après la défaite frustrante à Genk, mardi (3-2) ?

"Ces quelques jours ont été difficiles, je ne vais pas faire semblant du contraire. D’un autre côté, on n’a pas le choix, on doit se retourner très vite. Ne totaliser qu’un point sur douze, ça nous donne encore plus envie d’aller chercher les trois prochains. C’est à la fois très difficile et très facile de se réveiller le lendemain matin et de repartir au travail parce que chaque défaite crée une douleur plus grande et nous pousse à aller chercher les points qui restent. C’est aussi dans ces moments difficiles qu’on apprend beaucoup sur les joueurs et sur le sens du collectif. À nous de nous serrer les coudes, de resserrer les liens entre tout le monde, staff et joueurs compris."

Quelles sont les nouvelles du noyau ? Y a-t-il des joueurs indisponibles ?

"La sélection est sensiblement la même que mardi. Monticelli a rejoint l’équipe nationale (U17) pour l’Euro. On devra encore évaluer plusieurs joueurs ce samedi matin, dont Zorgane (coup sur le pied)."

Vous disiez récemment que votre approche contre les « grandes » équipes du championnat avait peut-être été trop ambitieuse. Envisagez-vous une approche plus mesurée, à court ou moyen terme ?

"L’ambition, c’est la victoire. On ne jouera jamais pour autre chose. Le contenu a été très différent en playoffs que durant la phase classique. Une analyse avait été faite sur les défaites subies contre les équipes classées au-dessus de nous. Plusieurs éléments ressortaient et on a changé notre approche dans ces playoffs. Dans l’ensemble, c’est frustrant parce qu’on a été meilleur contre Genk et Gand que durant la phase classique. On a été plus conservateur, avec moins de possession de balle. Mais finalement, on a ressenti qu’on était plus présent, plus sérieux. Plutôt que de se sentir dépassé comme on a pu l’être en phase classique, ici on ne l’a pas été. Mais le constat est clair : on a mal géré les moments clés. Pourtant, si on arrête les matchs à la mi-temps, on afficherait un bilan de 10 sur 12. C’est tout le défi : ne pas être emporté par la douleur de notre 1 sur 12, mais savoir aussi qu’on n’est pas très loin… N’oublions pas que ce sont nos premiers playoffs avec cette équipe."

Comment faire en sorte que les joueurs ne craignent pas l’entame des deuxièmes mi-temps, désormais ?

"Il faut être positif et se rappeler des bons moments, parce qu’il y en a eu cette saison. On a verbalisé, à la mi-temps, contre Genk, et insister sur l’importance de bien ressortir, de bien reprendre. Mais il ne faut pas dramatiser non plus. La montée de Thorstvedt prouve que Genk a dû changer son fusil d’épaule. On apprend de ça."

Ce sera le dernier match de la saison à domicile, forcément important pour les supporters…

"On progresse dans le processus d’identification des supporters à l’équipe. Il y a eu des moments clés cette saison, comme les deux matchs contre Genk, le déplacement à Malines ou encore la victoire arrachée à Gand et celle au Standard. On veut finir sur une bonne note. Et puis ce sera le dernier match de notre magasinier « Bello ». C’est un moment important parce qu’il occupe une place importante ici au quotidien. Il est aux petits soins tous les jours pour les joueurs, il est également un soutien pour le staff. Et il représente évidemment quelque chose pour le club. On aurait voulu lui donner plus de points qu’actuellement, mais on veut en tout cas finir sur une victoire."

La sélection (20) : Koffi, Kamara, Chiacig, Knezevic, Ozornwafor, Bessilé, Andreou, Wasinski, Nkuba, Dalle Molle, Ilaimaharitra, Zorgane, Morioka, Heymans, Gholizadeh, Kayembe, Mbenza, Zaroury, Petkevicius, Bayo.

Blessés (6) : Van Cleemput, Tchatchoua, Boukamir, Descotte, Ferraro, Badji.

Non repris (5) : Desprez, Karamoko, Lokembo, Lutte, Donnez.

Absent (1) : Monticelli (Euro U17).