Mehdi Bayat avait annoncé rechercher un coach moderne, il n’a pas menti. Jeune, passionné de "données", diplômé d’un master universitaire en management, fin communicateur, parfait trilingue, habitué du championnat belge : Edward Still correspond bien au profil. Il a en plus déjà tout remporté en Belgique, en tant qu’entraîneur adjoint d’Ivan Leko, malgré son jeune âge (30 ans) : un championnat de Belgique et une Supercoupe chez les Blauw en Zwart, ainsi que la Croky Cup avec l’Antwerp.

Le frère aîné de Will Still (Beerschot) semblait lié à l’entraîneur croate, mais il n’a pas résisté à la proposition de l’administrateur délégué du Sporting Charleroi. Les deux hommes sont sur la même longueur d’onde, déterminés à apporter une nouvelle méthodologie chez les Zèbres, pour retrouver les playoffs 1, après la décevante 13e place de cette saison, sous les ordres de Karim Belhocine. "Ma vision sportive est d’installer un jeu dominant, combatif et puissant en vue de créer une identité collective forte et un projet gagnant pour les saisons à venir. Mon staff et moi allons le faire en améliorant individuellement chaque joueur pour sublimer la force collective de l’équipe", a commenté sur le site internet du Sporting celui qui est sur le point de découvrir le job d’entraîneur principal, après des expériences réussies comme adjoint à Saint-Trond, Bruges, l’Antwerp et en Chine.

Une rencontre aura lieu dans une dizaine de jours entre le staff et le nouveau T1. Il se pourrait bien que l’équipe actuelle soit maintenue et accompagne donc Edward Still dans sa mission. Ensuite, il s’agira de former le prochain effectif. "L’une des premières étapes sera un rajeunissement du noyau afin de créer une nouvelle énergie, sur le terrain et en dehors de celui-ci. La modernisation de la gestion sportive est au centre de ma vision, notamment dans l’approche des entraînements et la préparation des matchs. Une nouvelle cellule performance travaillera de près avec le département médical afin de mettre en place un suivi personnalisé à la pointe pour chaque joueur du noyau professionnel et, à terme, des jeunes de l’académie."

Arrivé en Chine au mois de janvier, il n’aura donc été actif à Shanghai que durant quatre mois, aux côtés de joueurs comme Oscar ou Arnautovic. S’il a abandonné prématurément ce projet, dont l’un des objectifs était de remporter la Ligue des champions asiatique, c’est que Mehdi Bayat lui a apporté certaines garanties.

À quoi les supporters peuvent s’attendre ? Un homme posé, calme et intègre. Nettement plus habile avec les médias que son prédécesseur, il l’a d’ailleurs prouvé dans le programme de la RTBF La Tribune. Avec Ivan Leko, ils ont pour ainsi dire toujours opté pour une défense à 3, avec un système comparable à celui de Roberto Martinez, ou à un 3-5-2. Un football offensif et positif, avec un vrai projet de jeu… qui devrait ravir les fans. À condition qu’il puisse le mettre en place avec un mercato bien ciblé et réussi.