Loïc Bessilé est le seul joueur carolo à s’être arrêté devant la presse écrite. Forcément déçu. "On avait très bien préparé ce match et on a voulu mettre notre jeu en place mais on a perdu sur des détails. Anderlecht était bien en bloc, bien compact, et c’était compliqué de trouver la solution. Il a manqué ce petit coup de folie, cette conclusion offensive qui aurait pu nous relancer dans le match."

Juste avant, au micro d’Eleven, Marco Ilaimaharitra avait été plus direct : "Je suis dégoûté. C’est chiant (sic), tout simplement. Anderlecht n’a pas eu plus d’occasions que nous mais a été plus efficace. Le 0-2 nous a fait très mal et le 1-2 était un but d’espoir mais c’est très dommage d’en avoir repris un juste derrière."

Face aux Mauves, les Zèbres ont confirmé leurs difficultés face aux grands clubs. Les hommes d’Edward Still n’avaient pris qu’un point sur douze possibles face aux quatre équipes qui la devancent. Ils n’ont pas fait mieux face à Anderlecht. De quoi penser à un problème mental face aux armadas ? "Je n’ai pas encore d’explication sur ces résultats face au top 6", réagit le technicien. "Il faut se souvenir également qu’on a gagné à Gand et contre Genk. Ce n’est pas une question de ne pas être capable. Il faut un peu de recul pour analyser cela."

Le Brabançon se désolait surtout des "trois cadeaux offerts" par les siens. "C’est frustrant. Nous sommes pris par le contre-pressing sur le premier but. Ensuite, nous sommes éteints sur une phase arrêtée puis c’est un penalty. Ce n’est pas nécessaire car il n’y avait pas de grand danger."

Charleroi va devoir relever la tête avant le déplacement de dimanche prochain au Standard.