Le staff du Lech Poznan est confiant avant le coup d’envoi face au Sporting Charleroi. Jamais le club polonais ne s’était imposé en coupe d’Europe face à une formation suédoise et la dernière victoire face à des Chypriotes remontait à plus de vingt ans. Ce qui n’a pas empêché les protégés de Dariusz Zuraw d’éliminer Hammarby (0-3) et Limassol (0-5). "On n’a jamais battu une équipe belge ? J’espère que c’est la dernière fois qu’on me posera cette question", a rétorqué l’entraîneur visiteur.

Ce dernier était satisfait du report du match prévu ce week-end pour son équipe en championnat. Les raisons de ce report ? "D’un point de vue logistique, nos deux déplacements européens ont été compliqués à organiser à cause du Covid-19. J’étais donc satisfait de ce report." Une décision de la fédération qui a fait débat en Pologne.

En 2018, le Lech Poznan n’a pas réussi à atteindre ce stade des barrages de l’Europa League, la faute au Racing Genk (1-4). Depuis lors, la philosophie de jeu a changé dans la formation polonaise. "Nous voulons montrer un visage séduisant à l’Europe entière, indique l’ailier visiteur Jakub Kaminski. Nous proposons un jeu plus offensif et même plus agressif aussi. Les clubs de notre pays ont éprouvé des problèmes à gagner des matchs sur la scène européenne, on veut que la situation s’améliore."

Pour les observateurs polonais, l’obstacle carolo n’est pas infranchissable. "Même si nous respectons Charleroi, on aurait pu tomber sur de plus grosses écuries comme l’AC Milan ou Tottenham."