Quelques heures avant la rencontre, l’effectif carolo a appris les cas positifs au coronavirus de Tchatchoua et Descotte. De quoi perturber Edward Still et ses protégés. "C’est difficile d’expliquer le résultat car on a bien préparé cette rencontre mais c’est frustrant d’avoir su trois heures avant le match qu’il y avait deux partenaires positifs", confiait Joris Kayembe.

L’absence de Nicholson, une semaine après son triplé à Eupen suivi de son transfert au Spartak Moscou, s’est fait ressentir. L’attaque n’a pas pesé et le manque d’automatismes était criant. "Cela peut expliquer nos difficultés mais il ne faut pas toujours revenir à Shamar."

Toujours est-il que les Zèbres n’ont pas réussi à être décisifs malgré leurs 19 tirs tentés. "On a tenté d’insuffler un esprit de révolte en se parlant à la mi-temps. On sait qu’on doit faire mieux. Après la pause, on ne trouvait pas les espaces même si on a pu bénéficier de bonnes opportunités."

Est-ce le passage à une défense à quatre, système utilisé pour la première fois de la saison, qui a perturbé ce secteur ? "On avait l’habitude d’évoluer ainsi l’an dernier. Personnellement, j’ai essayé d’apporter un peu plus en jouant plus haut."

Après ce revers, Charleroi part pour des courtes vacances avec l’esprit embrumé surtout après quelques erreurs individuelles. "On en a tous fait. À l’instar du match à Genk, on va se reprendre et aller vers l’avant."

Avec un calendrier qui leur "offre" un déplacement à l’Antwerp et la réception de La Gantoise, les Sambriens seront vite fixés.