De retour de la Can, Neeskens Kebano a pu débuter la rencontre.

Jusqu’au bout, Felice Mazzù a brouillé les cartes à propos de Neeskens Kebano. Revenu de la Coupe d’Afrique des Nations avec une douleur au genou, la pépite zébrée allait-elle pouvoir enfin dynamiter le secteur offensif qui se traîne depuis la reprise ? Vendredi, lors de la conférence de presse de présentation de la rencontre, Kebano avouait trépigner d’impatience à l’idée de jouer cette rencontre… mais s’empressait de préciser qu’il ne s’alignerait que s’il se sentait à 100 %…

L’échauffement d’avant-match s’étant déroulé sans problème, Kebano donnait son feu vert pour débuter la rencontre ! Lors de l’annonce de la composition des équipes par le speaker, c’est évidemment lui qui recevait la plus grande ovation de la part du stade !

Et dès le début de la rencontre, Kebano était déjà le joueur le plus en vue sur le terrain. Alors qu’il s’infiltrait entre deux défenseurs pour filer vers le but, Van der Brugge l’accrochait par l’arrière. Monsieur Vertenten devait déjà sortir la première carte jaune après seulement 5 minutes. Et Kebano donnait une première sueur froide à Matz Sels, sur le coup franc qui suivait…

La quasi-totalité de la première période était à mettre à l’actif d’un Charleroi particulièrement entreprenant…

Visiblement, le retour de Kebano insufflait de la confiance à l’attaque de Mazzù. Mais après une première période tonitruante, Charleroi baissait de régime au fil du match. Probablement parce que Kebano aura encore besoin de quelques jours afin de retrouver ses meilleures sensations…

Kebano restait tout de même sur le terrain durant tout le match, preuve que Charleroi pourra compter sur lui dans la bataille qui fera rage jusqu’au bout pour les playoffs. Et dans les arrêts de jeu, il aurait même dû être le héros de la rencontre lorsqu’il obtenait un penalty (lire résumé du match). Le garçon a pris ses responsabilités. Mais s’est loupé ! Décidément, quel retour…