L’interruption du match à Saint-Trond est au programme du prochain conseil d’administration.

Le Sporting risque d’être la première victime d’un règlement… qu’il a lui-même initié.

Pour rappel : l’an dernier, le match Charleroi - Standard avait dû être interrompu suite aux jets de pétards et fumigènes sur le terrain par les supporters du Standard. De l’aveu de Yannick Ferrera, alors entraîneur des Liégeois, cette interruption du match lui avait permis de recadrer ses hommes… qui en avaient profité pour retourner la situation et s’imposer 3-2.

Charleroi s’était retrouvé dans la peau du dindon de la farce puisqu’il se sentait lésé… et pourtant coupable de rien dans cet arrêt de match décisif.

Pour ne plus revivre ce genre de situation, le Sporting a été l’initiateur d’un nouveau règlement de la Pro League. Désormais, si un arbitre doit stopper une rencontre, le club en cause s’expose à une amende de 25.000€. La sanction monte à 50.000 en cas d’un deuxième arrêt. Et à un score de forfait en cas de troisième arrêt du match.

À Saint-Trond , un craquage de fumigènes de la part des supporters de Charleroi a obligé l’arbitre à interrompre la rencontre quatre minutes. Selon le nouveau règlement de la Pro League, le Sporting s’attend donc à recevoir une amende de 25.000€.

Ce point est à l’ordre du jour du prochain conseil d’administration de la Pro League, qui se réunit ce lundi 14 novembre. "Aucune communication ne sera faite d’ici là", nous a-t-on répondu à la Maison de Verre.

D’autres amendes, via la commission des litiges de l’Union belge, pendent aussi au nez des Carolos. Bruges, Genk et Saint-Trond ont ainsi été sanctionnés d’une amende de 1.000€ suite à des jets de fumigènes de la part de leurs supporters. Charleroi attend toujours sa convocation devant cette commission.