Il faut peu de choses pour qu’un chaudron devenu mortuaire se mette à revivre

Jacky et les relations publiques


CHARLEROI Même si ce n’était toujours pas l’assistance des grands soirs, les vacances des uns, le scepticisme des autres et la pluie n’ont pas empêché le Mambourg d’accueillir officiellement 11.727 spectateurs.

Surtout, on sentait à nouveau une âme dans ce stade, qui a apprécié de voir ses favoris ne pas lâcher un centimètre aux Mauves . On a aussi revu pas mal d’anciens.

Si la présence de Defays n’est pas vraiment un événement, celle de Bertoncello, icône de la belle époque, n’est pas passée inaperçue. Berto clamait qu’il avait passé une bonne soirée, seul un petit but pour le RCSC manquant à son bonheur.

On pointera aussi le grand retour d’Ezio Bucci après des années de galère médicale. L’homme arbore toujours ses rayures historiques et ses vieux panneaux sur lesquels il affichait jadis toutes les quinzaines son pronostic en faisant le tour du terrain. Il a été follement acclamé. Au rayon des VIP, Claude Barzotti était présent…

Quant à Mathijssen, il était à nouveau l’ami de tous au boulevard Drion. La T4 lui rappela bruyamment combien elle l’aimait et, partant, les immenses espoirs (de maintien, déjà !) qui sont placés en lui…



© La Dernière Heure 2010