Ils ont présenté hier le projet de couverture des tribunes du stade du Mambourg.

Un jour de pluie sur les rencontres à domicile de la saison : qui a dit que le bon dieu n’était pas carolo ? Après être passés entre les gouttes, les supporters des zèbres seront bientôt définitivement à l’abri des caprices de la météo.

Le bourgmestre, Paul Magnette (PS), et son échevin Eric Goffart (CDH) ont présenté hier le projet de couverture des tribunes du stade du Mambourg : un projet qui amorce la reconstruction complète de l’infrastructure sportive. "Pas encore de calendrier pour les phases ultérieures mais une volonté affichée de travailler en partenariat avec le club et les habitants du quartier", disent-ils.

L’objectif, c’est d’améliorer l’intégration paysagère du complexe dans un environnement urbain appelé à connaître de profondes mutations : avec la nouvelle tour de l’hôtel de police d’une hauteur de 72 m, dont l’aménagement se termine.

Et avec la disparition annoncée de l’hôpital civil, pour la démolition duquel les fonctionnaires délégué et technique de la Région wallonne viennent de délivrer le permis.

Flash back : durant l’intersaison 2013-2014, la ville entreprend les travaux de déconstruction partielle des tribunes illégales du Mambourg : la T2, la T3 et la T4 ne sont pas conformes aux prescrits d’urbanisme puisque, pour l’accueil de l’Euro 2000, le stade a été agrandi sur la base d’un permis jugé illégal par le Conseil d’État.

Le marché de la déconstruction représente un investissement de 3,2 millions d’euros. Trois entreprises sont désignées pour le mettre en œuvre, sous la surveillance d’Igretec, maître d’ouvrage délégué : parmi elles, le groupe Galère et la société Decock qui viennent d’emporter l’exécution de la phase 2 et de la pose des nouvelles toitures pour une somme de 1,72 million d’euros. Les travaux sont réalisés entre mai et juillet 2013.

Un an plus tard, voici une suite qui n’a rien d’une fin : en 90 jours calendrier, les entreprises vont procéder à l’installation d’une structure portante qui sera coiffée d’un toit de 6.200 m2, explique l’architecte Xavier Berto, chef du bureau d’étude d’Igretec. Cela représente 70 tonnes d’acier et 300 mètres cubes de lamellé collé.

Quatre grues seront à pied d’œuvre, dont deux grues tour de 100 et 130 tonnes installées dans l’enceinte du stade. Les travaux débuteront le 26 mai pour se finir le 2 septembre au plus tard. Bien entendu, ils seront interrompus durant les rencontres de la reprise du championnat. Ce chantier ne devrait pas entraver la circulation locale.