Le premier jour de stage a commencé par une péripétie logistique au départ à l’aéroport de Düsseldorf. À quelques minutes du décollage, le commandant de bord a refusé d’embarquer la quarantaine de ballons qui faisait partie du barda carolo. Et pour cause, il craignait qu’ils explosent dans la soute, sous la pression. Malgré les explications du magasinier et de Mehdi Bayat, qui garantissaient que cette génération de ballons de la marque Select garde en fait leur forme ronde même quand ils sont vides d’air, rien n’y a fait. Les ballons sont donc restés en Allemagne. Ils devraient finalement arriver ce mercredi en Turquie. Pour la première séance d’entraînement, hier soir, l’hôtel a mis d’autres ballons à disposition.

Kayembe et Bayo jeudi ?

Cela n’a pas empêché la bonne humeur collective sous un ciel lumineux. Les 19 joueurs arrivés dans la journée ont rejoint les trois déjà présent dès la veille (Tchatchoua, Gholizadeh et Ozornwafor) ainsi que Edward Still, éclaireur pointilleux, sur place depuis plusieurs jours.

Jusqu’à tard lundi soir – ou tôt mardi matin -, quelques incertitudes avaient persisté car certains tests Covid s’étaient avérés positifs puis négatifs au sein de l’effectif.

Tout semble doucement s’arranger. Aussi, en partie, pour les quatre joueurs coincés sur leur lieu de vacances : Kayembe, Andreou, Ilaimaharitra et Bayo. Avec un test antigénique désormais négatif, Kayembe et Bayo pourraient rejoindre Belek d’ici jeudi, respectivement depuis les Maldives et la Côte d’Ivoire. Pour Ilaimaharitra, toujours positif, et Andreou, dont la situation est plus épineuse à Chypre, cela s’annonce plus compliqué.

Van Cleemput en forme

Le groupe carolo a eu droit à une heure d’entraînement en soirée pour se délier les jambes après cette longue journée de voyage.

Van Cleemput, Knezevic et Willems ont travaillé individuellement. Le défenseur belge semble totalement remis de sa blessure à la cheville et devrait reprendre très prochainement avec le groupe. Opéré d’une pubalgie fin décembre, Knezevic est lui aussi sur la bonne voie. Willems, lui, apparaît encore grimaçant au niveau du pied. Il continue la très longue route de la revalidation.