Massimo Bruno était l’invité du Grand Débrief.

C’est une solide opposition qu’a offerte Charleroi ce dimanche sur la pelouse de Malines. En prenant un point, les hommes de Belhocine confirment leur bon début de saison qui pourrait les amener en playoffs 1. Ce lundi soir, l’un des hommes en forme du côté carolo, Massimo Bruno, était l’invité du Grand Débrief.

Les moments difficiles de Felice Mazzù. "C’est difficile de parler de cette situation quand on ne vit pas dans le groupe. Il mérite d’être là vu ce qu’il a fait dans le passé. La saison qui suit un titre de champion est souvent compliquée et les fans ne doivent pas s’attendre à survoler la compétition. Cela dépend s’il a beaucoup de crédit ou pas. J’espère que cela ira pour Mazzù et que cela s’améliorera dans le futur pour lui et Genk."

Charleroi. "Je me sens bien au Sporting. Je suis dans un groupe facile à vivre avec tout le temps du positif. On s’amuse vraiment, tout en étant sérieux. En Allemagne ou en Autriche, ce n’était pas la même chose… C’est une autre ambiance à Charleroi, on ne peut donc que se sentir bien. Mais ce n’est pas pour cela qu’on travaille moins. Nous avons aussi beaucoup de qualités, ce qui nous permet de faire un bon début de saison."

Karim Belhocine. "C’est quelqu’un qui insuffle sa rage à tout le monde et qui veut qu’on se dépasse tout le temps, à chaque entraînement et à chaque match. À côté de cela, il veut aussi être joueur et reconstruire de derrière. Il nous demande d’être bons dans les deux registres."

Playoffs 1. "On voit tous le classement qui est très serré : beaucoup de clubs se battent pour y être. C’est bateau de le dire mais il faut prendre match après match. On ne peut pas se dire actuellement qu’on doit être dans les playoffs 1. C’est trop tôt pour dire que cela sera une déception ou pas d’atteindre le top 6 en fin de phase classique. On vise bien entendu le plus haut possible mais les calculs se feront à la fin des trente journées de championnat."