Felice Mazzù veut une qualification au pied du sapin de Noël.

La lucidité n’est pas la moindre des qualités de Felice Mazzù quand on le sonde sur ses objectifs.

"Tout est envisageable. Aussi bien un doublé PO1-Coupe que rien du tout. Le club se veut ambitieux sans avoir les yeux plus gros que le ventre. Sincèrement, je ne peux pas vous dire si tous nos vœux pourront être exaucés."

À commencer par ce quart de finale.

"Un gros match (sic). Quand je vois la façon dont carbure Genk en Europa League, ça veut tout dire. Il s’agira d’être à 100 % et bons dans tout ce que nous entreprendrons. Le moindre moment de relâchement est interdit."

Épingler Genk après Anderlecht fait rêver le bon peuple carolo mais Felice Mazzù est bien conscient de la tâche qui l’attend : "Il y a de la vitesse et de la vivacité sur les flancs, de la technique et de la profondeur dans le chef des Limbourgeois. Il importe de ne pas les laisser partir en contre. C’est le genre de match qui permet souvent de bénéficier de grands espaces et quand je prends aussi en considération l’aplomb dont ils peuvent faire preuve sur la scène européenne, il convient de rester sur ses gardes."

Et d’empêcher le Racing de se rapprocher trop souvent du domaine de Parfait Mandanda dont son entraîneur souligne la mentalité exemplaire : "Je tiens à louer son attitude professionnelle car de n°1, il est passé n°3 sans qu’il n’ait un mot de travers. La preuve irréfutable que c’est un grand Monsieur. Mon souhait serait d’ailleurs qu’il soit élu homme du match. Cela vaudrait le trophée que je n’ai pas eu aujourd’hui (NdlR : hier)."

Felice Mazzù ne veut pas parler de revanche vis-à-vis du RC Genk qui avait battu le Sporting en finale des PO2 la saison dernière et qui avait, lors d’une édition précédente, sorti les Zèbres de la Coupe après une séance de tirs au but : "Je n’adhère pas à cette vision des choses. J’ai l’habitude de prétendre que nous n’avons jamais que ce qu’on mérite et ce mercredi, ce sera un autre match."

Avec un douzième homme qui lui est cher, le chaleureux public du Mambourg : "Jusqu’à preuve du contraire, nous restons invaincus à domicile où nous n’avons pas concédé grand-chose à nos invités."