Le staff est maintenu malgré sa situation jugée “peu claire”

CHARLEROI Le seul Carolo qui fut à la fête samedi s’appelait Brogno. Loris ne joua que quelques minutes mais eut droit à un accueil de roi de la part d’un kop carolo qu’il alla saluer après coup avec Verbist, l’autre ex-Zèbre de Louvain. Les Sportingmen ne récoltèrent pour leur part que des marques de désapprobation quant à leur piteuse prestation.

Quand ça va mal comme c’est le cas au Mambourg (deux défaites de rang avant la pantalonnade de samedi), tous les regards se tournent vers l’entraîneur. Hier matin, Yannick Ferrera n’a fait que passer au Mambourg, la direction acceptant qu’il aille rapidement retrouver son père à Bruxelles. La veille, Cisco avait dû quitter le stade pour l’hôpital suite à un malaise.

En l’absence de leur T1 et au sortir d’un décrassage assuré par Bertinchamps, les titulaires ont été conviés à une discussion par le duo Mehdi-Hendrickx. “On voulait comprendre…” , expliqua le directeur administratif. “Nous avions déjà difficilement accepté le non-match au Cercle. Là, ça fait deux avec en plus des attitudes scandaleuses de certains en deuxième mi-temps.”

PYH a ensuite annoncé que “la confiance est maintenue au duo Peruzovic-Ferrera” . Même si Peru était pour la première fois sur le banc samedi, Ferrera n’est-il pas seul responsable de l’équipe ? “Pour Abbas Bayat, il a toujours été question d’un duo. On hérite d’une situation compliquée et j’admets que la situation du staff n’est pas claire.”

Après cette communication, les dirigeants ont auditionné les membres du staff revenant de Marcinelle après y avoir donné entraînement aux réservistes et excédentaires (plus Mandanda). Une rencontre avec Ferrera était ensuite prévue. Avant ce dernier rendez-vous, un communiqué officiel appelait le staff à prendre ses responsabilités afin de mettre un terme aux problèmes de mentalité observés. On appellera ça une dernière chance…



Quatorze pros en Espoirs = une sanction pour certains ?

Juste avant le coup d’envoi, la « gamelle » de Super-Zèbre qui lui vaudra d’être opéré aujourd’hui pour une jambe fracturée s’apparenta à une scène prémonitoire... Quant aux supporters qui avaient juré de rallier le stade sitôt le départ d’Abbas Bayat acté, on se demande où ils étaient puisque, après le feu de paille observé contre Genk (8.000 personnes), on en était revenu samedi à l’assistance du match ayant précédé l’annonce de la reprise du club (5.000).

Dans le communiqué officiel publié hier, on pouvait en tout cas lire ceci, bien dans le ton de la logique d’apaisement et de calme prônée par Mehdi Bayat : « Nous réussirons notre difficile projet de relancer le club tous ensemble, direction, joueurs et supporters, en travaillant deux fois plus. »

Yannick Ferrera, qui continue à n’aligner qu’un seul attaquant et refusait samedi de parler de sabotage mais s’interrogeait quand même sur le drôle de penalty de Gnohéré (« il en tire chaque jour mais jamais ainsi »), a sans doute compris le message… Et les joueurs ? En sus de Sifakis, treize sont invités par le staff à aller réfléchir en Espoirs ce soir : Gnohéré, Badibanga, Aoulad, Bopp, Dessoleil, Escoe, Fabris, Houdret, Lazitch, Ohayon, Satli, Vergerolle, Milicevic.

Pour certains, cela s’apparente à une petite punition… Alors que le reste du groupe méditera à domicile aujourd’hui (congé), la direction n’en envisage pas d’autres.
© La Dernière Heure 2012