Charleroi est-il en mesure de battre deux fois Eupen ?

CHARLEROI Alors que les PO3 avaient débuté sous le signe de la correction entre Zèbres et Pandas , l’affaire Cartier est venue enfoncer un coin dans ce bel état d’esprit. Et samedi dernier, la tension n’avait jamais été aussi grande sur le terrain comme en tribune, où la délégation carolo , livrée à elle-même par l’organisation locale, s’est grandie en ne tombant pas ou- tre mesure dans le piège de la provocation tendue par quelques énergumènes jamais rappelés à l’ordre.

Au coup de sifflet final, Abbas Bayat quitta les lieux promptement et c’est une fois de plus Pierre-Yves Hendrickx qui fit office de gardien du temple à deux pas du vestiaire carolo . Le secrétaire général carolo souligna l’influence du système impitoyable des PO3 dans la détérioration des relations entre les deux clubs y étant contraints.

PYH se trouvait à nouveau dans le camp des plus lucides côté sambrien : “Je ne sais pas ce qu’il fallait de plus pour s’en sortir puisqu’on mène 0-2 et qu’on arrête même un penalty. C’est comme si on avait eu peur de terminer le travail... Il y a beaucoup de questions à se poser et beaucoup d’enseignements à tirer de ce qu’il s’est passé. Pourquoi a-t-on reculé ainsi ? Et surtout, est-on capable de gagner deux fois de suite contre cet adversaire ? Il faut en tout cas se raccrocher à ça en espérant aller au bout des cinq manches.”

Mais avec quelles solutions pour inverser la tendance alors que les Zèbres sont sérieusement atteints moralement ? “Je ne vois pas de remède miracle pour nous tirer de cette situation. Quant aux remplaçants habituels qui seront invités à jouer, à charge pour eux de montrer ce dont ils sont capables !” Parmi eux, le grand gardien serbe Dzodzo – 1,99 m – devra être à... la hauteur ! Nous y reviendrons...



© La Dernière Heure 2011