Le Sporting carolo s’est toujours relevé mais qu’en sera-t-il ?

CHARLEROI Depuis qu’il a accédé à l’élite, en 1947, le matricule 22 a connu quatre relégations en comptant celle-ci. Le club du Mambourg fit la culbute en 1956-57 pour revenir en D1 en 1965-66 à l’issue d’un mémorable test-match face à Waterschei. Retour en D2 au terme du championnat 1970-71 sous l’effet notamment de l’affaire Petrovic qui accorda deux points à l’Antwerp et permit à celui-ci de devancer Charleroi d’une longueur.

C’est grâce à l’instauration du professionnalisme que le Sporting put réintégrer la D1 alors qu’il terminait à la… 14e place (sur 16) du championnat 1973-74 de D2. En 1979-80, le club présidé par Philippe Cuvelier mais dirigé par Jean-Marie Coyette effectua sa dernière dégringolade avant celle d’aujourd’hui. Parmi les Zèbres qui s’inclinèrent lors de la 33e journée à l’Antwerp, il y avait notamment Mathy, Royet, Migeot, Jacobs, Gebauer, Czerniatynski, Iezzi et Cloquet. Leurs entraîneurs furent Piccinin, Horvath et de nouveau Piccinin.

La dernière (re) montée eut lieu via le tour final de 1985. Alors que le club avait été repris en 1982 par Colson (qui doit être bien triste aujourd’hui…) et le regretté Spaute, l’emblématique Colasse dirigeait alors les Mathy, Curaba, Brichand, Harrison, Barbier, Pugh, Varrichio, Delanghe, Goretti, Beugnies, Migeot, D’Hondt et Horion. Seront-ils imités ?



© La Dernière Heure 2011