Les responsables - et décideurs - du Mambourg, que sont principalement Mehdi Bayat et Felice Mazzù en matière sportive, avaient prévenu. Alors qu’il n’était pas question d’encore associer Parfait Mandanda et Michalis Sifakis (désormais en rupture de contrat), il fallait engager un gardien de but. De préférence un joueur expérimenté qui apporterait sa contribution.

Le moins que l’on puisse relever c’est que Mehdi Bayat a fait fort et visé juste en recrutant Olivier Renard.

L’intéressé était présent, samedi après-midi au hall omnisports d’Auderghem : "C’est avec enthousisme et fierté que je reviens au club de mes premières armes. Où j’avais accompagné Istvan Dudas. J’ai reçu énormément de messages d’approbation. J’en ai éprouvé beaucoup de plaisir."

À la limite, Olivier Renard est soulagé : "À Malines, j’avais l’étiquette de bénéficier du plus gros contrat. C’était lourd à porter car on me reprochait de ne plus être suffisamment employé et si je pouvais m’exprimer, on ne me pardonnait rien. J’ai le sentiment de redevenir un joueur normal."

Étant donné que notre homme était encore sous contrat à Malines, un arrangement financier a été conclu entre les deux clubs. C’était la meilleure solution.

Désormais, Olivier Renard entend justifier le choix des Carolos… qui est aussi le sien : "Je ne pars pas dans l’inconnu car plusieurs éléments du Sporting ne me sont pas étrangers tandis que Giuseppe Rossini a été mon équipier à l’Argosstadion. À trente-quatre ans, je dois composer avec des douleurs dorsales mais tout le monde le sait. Et je serai prêt car je prends toujours beaucoup de plaisir à m’entraîner !"

Pour le plus grand bien de tous : "En fait, il n’y a pas de numéro deux. Il est en avance sur moi mais je vais pousser Parfait Mandanda à être meilleur. Ce sera mon premier apport !"