Le sursis est d'exécution pendant un an à partir du 11 février 2013

BRUXELLES La Commission des litiges d'appel de l'Union belge de football (URBSFA) a confirmé la sanction d'un match à huis clos avec sursis infligée au Sporting de Charleroi suite aux incidents face au Standard de Liège le 7 décembre.

Le sursis est d'exécution pendant un an à partir du 11 février 2013. La sévérité de la sanction fait courir un gros risque à Charleroi. Car en cas de récidive dans les installations du Sporting, le club carolo sera condamné à une sanction effective de deux rencontres à huis clos.

Pour rappel, Charleroi avait été condamné à un match à huis clos avec sursis le vendredi 21 décembre suite au comportement de ses supporters lors du match au Standard. Les supporters carolos avaient lancé des fumigènes et des sièges arrachés sur la pelouse, ainsi que détérioré les toilettes du stade Maurice Dufrasne.

Charleroi était allé en appel car il estimait la sanction trop sévère. "Non seulement nous contestons l'aspect juridique des choses, mais surtout, la Commission des litiges n'a pas du tout tenu compte de tout ce que le Sporting a mis en place pour éviter ça", avait réagi l'administrateur délégué du club Mehdi Bayat. "Le club souhaite éviter de tels incidents et fait tout pour, mais il se retrouve en coupable. D'autant que ces incidents se sont produits en déplacement, où le club n'a pas toutes les cartes en main". Une argumentation balayée par la Commission des litiges d'appel.

© La Dernière Heure 2013