Jérémy est l’éclaircie dans la grisaille carolo

TUBIZE Jérémy Serwy est le chouchou d’un public du Mambourg qui se repaît de ses montées au jeu : “Cela me fait plaisir mais je n’y prête pas trop d’intérêt. Si je suis sur le banc, c’est que je dois encore montrer plus que celui que je remplace. Cela dit, c’est difficile quand on entre souvent alors que le score est déjà de 2 ou 3-0. Mais on me verrait sans doute moins si l’équipe tournait mieux…”

Lancé par Tibor Balog en avril dernier, cet adepte des débordements incisifs vit forcément mal la trajectoire zébrée .

“Le contexte est d’autant plus difficile pour un jeune”, regrette notre interlocuteur. “Mais c’est positif pour l’avenir puisque ça forge le caractère en attendant des jours meilleurs. Je crois en tout cas en mes qualités. Le championnat n’est, cela dit, pas fini et on est capable de réaliser un bon second tour.”

Quand on lui demande s’il est prêt à aller en D2, la réponse fuse : “Non !” Avant de nuancer : “Je suis sûr qu’on va se maintenir…”

Jamais titularisé sous Mathijssen, Serwy l’a été deux fois par Lazlö : “Dont une fois en Coupe quand j’aurais dû marquer à une ou deux reprises et une fois à l’attaque alors que je ne dispose d’aucune caractéristique pour cela. Je sais que je dois améliorer ma finition. Quant à la puissance, c’est en jouant qu’elle viendra. Je n’ai pas encore le rythme de la D1. L’entraîneur et moi ne nous parlons pas beaucoup. C’est normal vu que je suis jeune mais je suis sûr qu’il me fait confiance.”

Le contrat de ce virevoltant ailier arrivera à son terme dans quelques mois. Le Sporting hennuyer dispose cependant d’une option…



© La Dernière Heure 2010