Siquet sort du bois

Charleroi

Interview > Manu Salvé

Publié le

Siquet sort du bois
© Fahy

Viré de Charleroi le 15 décembre et attaqué entre les lignes depuis, il répond


"Comme si j'étais de passage..."


NAMUR Thierry Siquet a fait preuve d'une grande dignité lorsqu'il était à la tâche au Mambourg, encaissant les coups sans réagir.

Limogé, il n'a pas plus moufté . Mais voilà qu'un mois et dix jours après son éviction, le mutisme n'a plus cours : échaudé parce qu'il lit et entend çà et là, il nous livre son argumentaire de défense.

Thierry, que vous inspire la très mauvaise passe actuelle des Zèbres ?

"Je suis un peu déçu pour certains qui sont encore là-bas, mais je n'y travaille plus et, pour le reste, ce n'est donc plus mon problème ! Et je n'ai pas de regrets non plus..."

Ce qui se passe au Sporting vous surprend-il ?

"Oui et non. Oui parce qu'un changement d'entraîneur est censé déboucher sur quelque chose de positif. Ici, la sauce n'a pas encore pris... Non parce qu'il ne fallait pas croire que tout allait changer du jour au lendemain malgré les petites modifications et l'approche différente que peut amener la nouveauté. Des fois, ça marche; dès fois, pas ! Les bases du travail sont les mêmes et, que je sache, le noyau de l'équipe n'a guère chan- gé..."

Mogi Bayat a qualifié John Collins de Mère Thérésa, tant les blessés chroniques furent subitement retapés à son arrivée au club.

"C'est toujours ainsi... Quand un nouvel entraîneur débarque, il faut lui montrer qu'on est là le plus vite possible. Et ça ne concerne que quelques joueurs..."

Après le deuxième jour de l'Ecossais, le même a également estimé, nous citons, que le tempo était déjà plus élevé à l'entraînement.

"Oui, j'ai vu ça. Normal, hein, la direction ne va quand même pas dire que c'était mieux avec celui qui a été dégagé..."

Votre successeur est sans cesse présenté comme le professionnel absolu. Implicitement, c'est vous qui êtes attaqué ! Une réaction ?

"Je lis pas mal d'insinuations du genre, effectivement... Déjà, visionner un adversaire me semble normal dans notre métier. À notre époque, avoir recours à la vidéo également. Des mises au vert ? Il y en a eu aussi avec moi, mais je constate que beaucoup de choses se débloquent ces derniers temps. Moi aussi, j'avais émis quelques souhaits, vous savez... Tiens, Moia ! Mais ce n'était pas possible, nous étions bloqués financièrement... Je vois que ça a manifestement évolué ! Tant mieux pour Monsieur Collins. J'espère d'ailleurs pour lui qu'il obtiendra les renforts qu'il réclame."



© La Dernière Heure 2009

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info