Si le transfert du Jamaïcain ne sera effectif qu’au 1er janvier, il ne jouera pas ce lundi. "Certaines offres arrivent parfois plus tôt que prévu. Cela fait partie du jeu et on ne va pas s’en servir comme excuse, a relativisé Edward Still. Ce genre de transfert est la preuve que le club travaille bien. Si des individualités performent de la sorte, c’est parce qu’il y a un collectif fort derrière."

Il n’empêche, Nicholson va laisser un vide. "On a déjà joué et gagné sans lui, notamment au Cercle de Bruges. Peu importe quel joueur part, c’est important de travailler en amont pour ne jamais être pris de court. L’été passé, quand Dessoleil est parti dans les derniers jours du mercato, on était aussi prêt à gérer ça et à trouver son remplaçant. La preuve, c’est qu’on est meilleurs aujourd’hui que le dernier jour du dernier mercato. On va faire la même chose ici en janvier." L’entraîneur carolo n’a pas souhaité commenter l’arrivée de Petkevicius, Bayo et Kamara, préférant se focaliser sur l’échéance de ce lundi.