Edward Still, estimez-vous que ce match puisse être un moment charnière dans votre saison ? Charleroi peut potentiellement creuser un écart en cas de victoire.

"Tant mieux s’il y a une bonne opération à réaliser au classement, mais on n’en a pas parlé entre nous. C’est trop tôt pour parler de moment charnière, on n’est pas encore à la moitié du championnat… Ça le sera quand on se rapprochera de la 30e journée."

Le fait qu’Anderlecht ait souvent changé de système rend-il son analyse plus complexe ou, finalement, les idées générales restent-elles identiques ?

"Si l’adversaire change souvent, on doit avoir la flexibilité pour nous adapter. Selon que ce soit Amuzu ou El Hadj qui joue, par exemple, c’est différent. C’est bien d’analyser l’adversaire, mais on dépense 70 à 80% de notre temps et de notre énergie en étant tournés vers nous-mêmes. Notamment sur nos transitions, nos phases arrêtées défensives et offensives, sur comment et où on peut leur faire mal…"

A titre personnel, ressentez-vous une motivation ou un challenge supplémentaire parce que vous affrontez un entraîneur (Vincent Kompany) qui a été un très grand joueur ?


"Je réfléchis. (Silence). En fait, non. Je ne peux que saluer le joueur qu’il a été et la personne qu’il est. On a déjà échangé par le passé et on échange encore régulièrement lors de nos cours pour la licence UEFA Pro. Je connais l’amour qu’il ressent pour son club et la passion pour le jeu qui l’habite ; et je ne peux que l’admirer. Mais aujourd’hui, pour moi, non, ce n’est pas une motivation supplémentaire. J’y repenserai peut-être dans 20 ans quand je regarderai en arrière, mais pas ce samedi."

Van Cleemput de retour

Pour ce choc des Sportings, Edward Still salue le retour de Van Cleemput, remis de sa blessure à la cheville. "Il n’est pas encore à 100% car il a raté plusieurs semaines d’entraînement, et il faudra encore un peu de temps pour retrouver le Jules en top forme, mais son retour est déjà très positif. Il est opérationnel."

Nicholson, remplaçant samedi dernier au Cercle de Bruges car rentré tardivement de la trêve internationale, s’est également entraîné normalement cette semaine. Il devrait reprendre sa place de titulaire et renvoyer Descotte sur le banc.

La sélection :
Koffi, Chiacig, Desprez, Van Cleemput, Knezevic, Andreou, Bessilé, Wasinski, Ilaimaharitra, Gillet, Tchatchoua, Morioka, Zorgane, Kayembe, Zedadka, Benchaib, Fall, Gholizadeh, Zaroury, Descotte, Nicholson.
Absents : Willems, Nkuba (blessés), Boukamir, Ozornwafor, Lokembo, Bedia, Ferraro (choix).