Dudu Biton sera-t-il l’homme providentiel de Charleroi ?

CHARLEROI Dudu Biton a débarqué à Charleroi en janvier. Depuis, l’attaquant israélien a marqué à trois reprises en cinq rencontres. Un bilan plus qu’honorable pour ce jeune homme qui a fêté ses 23 ans mardi dernier. Des statistiques qui pourraient faire de lui l’homme providentiel de Charleroi... “Je ne ressens pas de pression exacerbée”, relate celui qui parle anglais, espagnol, hébreux et qui compte se mettre bientôt au français. “Je me concentre sur mon travail, je m’entraîne avec pour but de ne pas perdre et de faire bonifier mon sens du but. Je savais en arrivant que la mission serait difficile. Depuis tout jeune, je voulais venir en Europe et n’ai pas eu peur en venant à Charleroi.”

Demain, Dudu Biton retrouvera sur sa route un défenseur qu’il connaît bien, Gershon. “C’est mon meilleur ami. On a fréquenté les catégories de jeunes en équipe nationale. Nous avons mangé ensemble encore mercredi... Nous parlons toujours de football, mais sur le terrain, il n’y a pas de sentiment. J’ai déjà affronté des amis quand j’évoluais en Israël. Chacun ne pense qu’aux intérêts de son club. Il m’a dit que Courtrai était difficile à ma- nœuvrer à domicile. Je lui ai répondu que Charleroi serait difficile à battre !”

Arbitman, Gershon, Barda, Ohayon, Cahalon... Israël semble être devenu une terre promise pour tout club cherchant des renforts. “Il y a trois Israéliens à Charleroi, mais nous ne formons pas de clan. Bien entendu, mon adaptation, sans eux, aurait été plus difficile. Matan (NdlR : Ohayon) cuisine par exemple toujours pour moi. Je suis nul à ce niveau-là. (rires) Je connais Barda et Arbitman aussi, qui sont des amis. On ne se voit pas beaucoup, mais on s’appelle. On s’aide énormément, au niveau des démarches notamment.”

Biton a vécu un mois à Charleroi, dans un hôtel. Maintenant, il s’est établi à Nivelles. “Charleroi est une chouette ville. Je respecte énormément nos fans, qui travaillent beaucoup. Ils sont chauds, parfois fous , (rires) mais nous soutiennent. Ils me reconnaissent et m’abordent gentiment. Je n’ai pas encore beaucoup eu le temps de visiter la Belgique, Bruxelles à part. Je le ferai plus tard. Je préfère me concentrer sur mon football et me détends du côté de Nivelles, en faisant des achats pour la famille notamment. Je n’ai pas encore beaucoup d’amis qui sont venus me voir. La famille et ma petite amie font des allers-retours.”

S’il fait encore fructifier son compteur buts, pas de doutes : d’autres clubs chercheront à s’attacher ses services. “Je me concentre à 100 % sur Charleroi”, tempère-t-il. “Tout le monde rêve d’un grand championnat. J’aime bien l’Espagne, où évolue mon joueur préféré : Cristiano Ronaldo. Marquer du gauche, du droit, botter les coups francs : il sait tout faire ! Avant de penser à cela, il faut être réaliste. Je dois faire mes preuves à Charleroi. Je sais que je dois beaucoup travailler et j’apprends tout le temps.”

Biton, armé pour les batailles dans le grand rectangle, s’est rapidement adapté à la Belgique. “En Belgique, le jeu est plus dur, plus agressif”, constate le n°20 des Zèbres. “J’ai d’ailleurs dû changer déjà deux fois de paires de chaussures, les défenseurs ayant tellement marché dessus . (rires) En Israël, le jeu est plus technique. J’aime le système de jeu pratiqué à Charleroi. Je sais que les défenseurs adverses feront plus attention à moi maintenant. Mais je me concentre sur mon travail et dois profiter de chaque occasion pour marquer. On ne sait jamais si on aura une deuxième occasion...”



© La Dernière Heure 2011