Les joueurs du Racing Genk sont suivis à la trace par leur club grâce à un bracelet connecté.

C'est ce qu'a annoncé jeudi Het Laatste Nieuws. Certains joueurs ne sont pas ravis par l'arrivée de cette surveillance obligatoire, bien que mise en place dans le but d'optimaliser les prestations individuelles. La Commission de la protection de la vie privée se pose également des questions.

L'appareil, nommé Whoop, enregistre jour et nuit la fréquence cardiaque des joueurs et la variabilité de celle-ci. Sur base de ces données, la capacité de récupération et le temps de sommeil nécessaire pour chaque joueur est calculé afin de se présenter frais sur le terrain, continue HLN.

L'utilisation obligatoire de cet appareil est un point sensible au sein de l'effectif limbourgeois. "Certains criminels portent un bracelet électronique à la cheville, à Genk c'est au poignet", a déclaré un joueur, préférant garder l'anonymat.

La Commission de la protection de la vie privée comprend l'inquiétude des joueurs. "Pour être conforme à la loi, les joueurs doivent donner leur accord par écrit car les données de santé sont considérées comme sensibles", a déclaré la responsable de communication Sarah Boulerhcha à HLN. "Un joueur ne peut pas être obligé de porter un tel bracelet. En cas de refus, il ne peut pas non plus être sanctionné par son club. Le cas échéant, il pourrait porter plainte au près de notre institution", a ponctué Sarah Boulerhcha.


Genk assure que l'utilisation du bracelet connecté n'est pas obligatoire

Le Racing Genk a tenu à clarifier sa position et l'utilisation du "Whoop", bracelet connecté qui sert à collecter des informations sur la santé des joueurs. "La moitié des joueurs a choisi de l'utiliser et il n'est en aucun cas obligatoire", pouvait-on lire dans un communiqué du club de football de Jupiler Pro League jeudi.

Plus tôt dans la journée, le journal Het Laatste Nieuws avait annoncé que les joueurs devaient porter en continu cet outil, ce qu'a donc démenti le club. "Employé par beaucoup de jeunes joueurs du groupe, le Whoop est un véritable outil de travail. Il permet de mieux connaître et suivre son corps", a assuré le club limbourgeois. "Il fait partie de l'accompagnement physique des joueurs, au même titre que les schémas de nutrition, d'entraînement ou les traceurs GPS."

"Cet outil de mesure provient des sports individuels tels que la natation ou le tennis et permet, en mesurant la fréquence cardiaque, la récupération et le sommeil, de déterminer l'intensité des entraînements pour chaque joueur en vue des rencontres", a précisé le Racing, ajoutant également que chaque joueur pouvait enlever le bracelet à n'importe quel moment.