Le désormais célèbre virologue pense que seule la finale de Coupe pourra être jouée... à huis clos.

Alors que la Pro League vient d'annoncer, à l'issue de son Conseil d'Administration, qu'il est "prématuré" de prendre une décision concernant la suite de la compétition, nos confrères de VTM ont posé la question à Marc Van Ranst. Et le moins que l'on puisse écrire, c'est qu'il ne donne pas beaucoup de chances aux Playoffs de se dérouler. "Sauver la compétition sera vraiment difficile. Il est encore tôt pour fournir une réponse complète mais j'ai peur que ce ne soit pas possible de terminer la saison de football belge. Si la propagation de l'épidémie ralentit, cela signifie que les mesures actuelles font de l'effet. Mais il ne sera pas question de lâcher prise et de se remettre à organiser des événements de masse. Ce serait la dernière chose à faire (...) Peut-être que la finale de Coupe de Belgique pourra se jouer à huis clos mais pour le reste, ce sera très compliqué."

A l'heure actuelle, le Conseil d'Administration de la Pro League (qui s'est réuni ce mercredi par conference call) rejoint Van Ranst sur un point: il est trop tôt pour prendre une décision. Elle l'a fait savoir dans un communiqué: "Dans les circonstances actuelles, toute décision est encore prématurée. Le Conseil d'Administration et le management analysent les options possibles dans l'intérêt du football belge et de ses partenaires, mais avec comme priorité absolue l'intérêt général et la santé publique."

Ce communiqué précise que l'approbation unanime des 24 clubs concernant la nouvelle clé de répartition et les droits médias a été acté. Et il fait également une recommandation aux clubs qui souhaitent mettre en place un chômage temporaire: "La recommandation qui a été formulée est que les clubs ne doivent pas appliquer le régime de chômage temporaire pour les joueurs, sauf pour des raisons économiques urgentes. Toutefois, si les clubs sont contraints d'appliquer le chômage temporaire pour les joueurs, la Pro League recommande de le faire de manière collective pour tous les joueurs et de ne pas recourir à la sécurité sociale."

Signalons enfin que, selon nos informations, il ne fut en aucun cas question, lors de ce Conseil d'Administration, d'un nouveau format de la compétition comme un passage à 18 ou 20 équipes en Division 1A.