Division 1A Une qualification pour l’Europa League du FK Sarajevo, club bosnien qui a le même propriétaire que les Courtraisiens, emêcherait ces derniers de disputer la C2.

Même s’il vient à bout de Charleroi puis du quatrième des PO1, Courtrai n’est pas certain de pouvoir disputer l’Europa League la saison prochaine.

Pourquoi ? Car Vincent Tan, le propriétaire malaisien du KVK, est également actionnaire majoritaire du FK Sarajevo, actuel quatrième de la Premier League bosnienne (à un point de la troisième place, qualificative pour la C2), avant l’ultime journée de championnat qui a lieu samedi.

Et dans l’hypothèse où les deux clubs parviendraient à se qualifier pour l’Europa League, le Malaisien (qui possède aussi le club de Cardiff, en deuxième division anglaise) serait embêté puisque l’Uefa interdit à un même propriétaire, d’inscrire deux de ses clubs dans une même compétition européenne.

"Nous ne sommes pas très loin de l’obtention d’un ticket européen et si nous l’obtenons, je suis certain que Vincent Tan donnera la préférence à Courtrai. Et de toute manière, c’est le ranking Uefa qui décide et la Belgique est mieux classée que la Bosnie", explique toutefois Joseph Allijns, le président courtraisien.

Sauf que ce n’est pas tout à fait exact. Si le règlement Uefa 2015-2016 prévoit effectivement le recours au coefficient Uefa, celui-ci est précédé d’un autre critère: dans le cas où deux clubs appartenant au même propriétaire sont qualifiés pour la même compétition, c’est l’équipe la mieux classée sur sa scène nationale qui obtient la préséance. Ce qui donnerait la priorité à Sarajevo (s’il termine 3e) et interdirait à Courtrai de jouer l’Europe.

Un élément qui a évidemment son importance dans l’optique de la double confrontation entre le KVK et Charleroi, mais qui n’émeut le Sporting.

"­Nous ne nous occupons pas de cela. Certains parlent d’un manque de motivation de la part de Courtrai, mais c’est sur le terrain que cela se joue et que nous devrons gagner notre place pour la grande finale. Nous ne doutons pas de la motivation des Courtraisiens", rétorque-t-on côté carolo.

Mais si, samedi, sur le coup de 19h, le FK Sarajevo arrache la troisième place de la Premier League bosnienne (en battant l’Olympic Sarajevo et que dans le même temps, le Siroki Brijeg ne s’impose pas face au Radnik Bijeljina), la donne pourrait changer avant le match retour…